Économie | 20 % de salaire en plus pour les grands patrons français
Économie

20 % de salaire en plus pour les grands patrons français

Nathalie Jouet Publié par Nathalie Jouet - le 18 nov. 2016
Une hausse de 20 % de salaire pour les grands patrons français (c) Shutterstock

Selon l’institut Proxinvest chargé de recenser les comptes des entreprises cotées à la Bourse de Paris, les patrons des 120 plus grandes entreprises françaises ont enregistré une hausse de 20 % de leurs revenus. Ces derniers auraient amassé au total près de 3,5 millions d’euros.

16,8 millions perçus par le directeur général de Sanofi

« Pour la première fois depuis 2005, les cinq premières places du classement bénéficient d'une rémunération supérieure à 10 millions », relève le communiqué. Parmi le top 5 des patrons des sociétés cotées en bourse les mieux rémunérés on retrouve en premier Olivier Brandicourt, le directeur général de Sanofi, puis Gilles Robin le fondateur de Rubis. Suivent ensuite Carlos Ghosn double président de Renault et Nissan, le directeur général de Dassault Systèmes, Bernard Charlès et enfin Jean-Pascal Tricoire, le président directeur général de Schneider Electric.

Les entreprises du CAC 40 font même mieux puisque la rémunération moyenne totale des dirigeants monte à 5 millions d’euros, soit une hausse de 18 %. Le communiqué souligne d’ailleurs que ce chiffre « excède désormais la rémunération maximale socialement acceptable définie à 240 SMIC par Proxinvest, soit 4,8 millions d'euros. »

Des rémunérations en décalage avec celles des employés

Le cabinet Aon Hewitt indique que les salaires des employés français n’auraient augmenté que de 2,7 % en 2016. Cependant, cette hausse reste disproportionnée par rapport aux rémunérations perçues par les dirigeants.

Les entreprises françaises semblent donc mieux se porter mais la répartition de leurs bénéfices est encore critiquable. Celles-ci favorisent l’augmentation des salaires et rémunérations des patrons au détriment de l’investissement, qui reste insuffisant en France.

À lire aussi : Les salariés français des petites entreprises sont heureux