Économie | Des inquiétudes quant à l'épargne-retraite en 2018
Économie

Des inquiétudes quant à l'épargne-retraite en 2018

Marie-eve Wilson-jamin Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 21 déc. 2017
L'épargne retraite des Français s'élevait ainsi à 795,4 milliards d'euros en 2016 © © Shutterstock

La mise en place de la retenue à la source de l'impôt sur le revenu en 2019 risque de se traduire par un effondrement des rentrées d'argent sur les plans d'épargne.

Sans avantage fiscal sur l'épargne-retraite en 2018, certains Français pourraient renoncer à épargner

La mise en place du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu en 2019 pourrait bien avoir une conséquence innattendue. De nombreux Français pourraient ainsi renoncer à épargner dès 2018, car l'avantage fiscal associé disparaîtra. En effet, pour rappel, il n'y aura pas d'avantage fiscal sur l'épargne-retraite en 2018. Or, selon l'Observatoire des Retraites Européennes d'Eres, l'épargne retraite des Français s'élevait ainsi à 795,4 milliards d'euros en 2016, en hausse de 3,6 % par rapport à 2015.

C'est ce que l'on appelle « l'année blanche ». C'est-à-dire que, comme en 2019, les revenus seront taxés automatiquement, chaque mois, et qu'en 2018, c'est l'ancien système qui continuera à fonctionner, les Français étant imposés sur leurs revenus 2017, il est inutile de taxer les revenus 2018. 

Des contribuables tentés de renoncer aux cotisations volontaires

Mais, car il y a un mais, les avantages fiscaux, qui permettent de réduire directement son impôt sur le revenu, n'auront aucun effet sur les revenus 2018, puisqu'ils ne seront pas soumis à l'impôt. Beaucoup de contribuables pourraient ainsi être tentés de suspendre leurs virements automatiques, ou de renoncer à des cotisations volontaires. 

Au final, un amendement pourrait même aggraver les choses : il propose de supprimer ou réduire les avantages fiscaux en 2019 de ceux qui auraient cessé d'épargner en 2018 ! Pas de panique, pour l'heure, rien n'est définitif, puisque la mesure est encore en discussion à l'Assemblée.