Économie | François Hollande vient chercher son trophée du Grand prix de l'humour politique
Économie

François Hollande vient chercher son trophée du Grand prix de l'humour politique

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 29 nov. 2017
© © Shutterstock

L'ancien chef de l'État a été récompensé pour, non pas une, mais plusieurs phrases prononcées depuis 2016. Il est venu chercher son prix et a prononcé un discours, plein d'humour.

François Hollande primé pour l’ensemble de son œuvre humoristique

Désormais beaucoup plus libre, François Hollande est venu chercher sa récompense. « Je prends conscience qu’un hommage m’est rendu, il était temps », a donc plaisanté l'ancien président, en recevant le Grand prix 2017 de l’humour politique organisé depuis 1988 par le Press Club de France. Le prédécesseur d'Emmanuel Macron a été distingué par un jury de journalistes et d’humoristes pour l’ensemble de son œuvre humoristique.

Les phrases saluées par les membres du jury depuis 2016 sont, notamment celles-ci : « Toutes les décisions que je prends, je les prends seul avec moi-même, dans un dialogue singulier », « Heureusement que le Canard enchaîné est un hebdomadaire et pas un quotidien, sinon imaginez où on en serait avec Fillon ! », « Aujourd’hui, je suis à deux doigts d’être aimé », ou encore « Je salue Christiane Taubira… Sa voix peut porter, même quand elle ne dit rien ».

L'humour, une arme pour aider à surmonter les moments difficiles

Tout sourire, l'ancien chef de l'État s'est permis de poursuivre sur le même ton : « Je vais vous faire ici une révélation : mon œuvre n'est pas achevée, du moins sur ce plan-là. » Il s'est défendu au sujet de son recours aux traits d'humour, qu'on lui a parfois reproché : « Dans les moments les plus graves, dans les circonstances les plus douloureuses, il faut avoir une forme de maîtrise de soi, de contrôle, de sérénité, et l'humour en fait partie. [...] Les fanatiques n'ont pas d'humour. »

D'autres hommes politiques ont été salués, à commencer par Nicolas Hulot. Ce dernier s'est vu décerner le Prix spécial du jury pour avoir déclaré pendant la campagne présidentielle : « J'ai refusé d'être candidat car j'avais peur d'être au second tour. » Le prix de l'encouragement est revenu à Philippe Poutou, pour sa phrase : « Hollande est satisfait de son bilan ; c'est pour cela qu'il le dépose ». Le meilleur jeu de mot, aux yeux du jury, est celui de Yannick Jadot qui, face aux images d'Emmanuel Macron devant la Pyramide du Louvre au soir de son élection, avait réagi : « C'était Toutânmacron ! »