Retour X
Économie | Permis de conduire : un stage de récupération des points plus long en 2019
Économie

Permis de conduire : un stage de récupération des points plus long en 2019

Proposé par Beaudoin Cecilia - le 19 janv. 2018

Les conducteurs ayant effectué deux stages de récupération de points en cinq ans, devront participer à un stage de sensibilisation de 3 jours au lieu de 2. Le 3e jour, ils subiront un examen comportemental et psychologique centré sur la récidive.

Les récidivistes de la perte de points en ligne de mire

Le 9 janvier 2018, un Comité interministériel de la sécurité routière s’est réuni autour du Premier ministre Edouard Philippe, afin de définir les nouvelles mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l’insécurité routière. Ce comité a accouché de 18 mesures axées autour de trois thèmes majeurs : l’engagement de chaque citoyen en matière de sécurité routière, la protection de l’ensemble des usagers de la route et l’anticipation pour mettre les nouvelles technologies au service de la sécurité routière.

On a ainsi appris l'allongement de la durée des stages de sensibilisation à la sécurité routière. D'ici 2019, les conducteurs ayant déjà suivi deux de ces stages en 5 ans devront donc plancher sur le sujet trois jours au lieu de deux comme c'est le cas aujourd'hui. Cette journée supplémentaire devrait être consacrée à l'examen de questions comportementales et psychologiques, centrées sur la récidive.

En 2021, il sera possible de conduire malgré une suspension de permis

Chaque année, ce sont 300 000 conducteurs qui suivent un stage de sensibilisation à la sécurité routière et qui, grâce à ce stage, peuvent récupérer jusqu'à quatre points sur leur permis de conduire. Selon les statistiques du gouvernement, 28 % d'entre eux auraient déjà suivi plusieurs de ces stages et seraient donc des récidivistes de la perte de points...

Parmi les autres mesures retenues, citons pêle-mêle la réduction de vitesse à 80 km/h au lieu de 90 sur les routes secondaires à double sens de circulation sans séparateur centrale (sauf les deux fois deux voies), à partir de juillet 2018. Ou bien encore, à partir de 2021, la possibilité, pour les conducteurs ayant commis un excès de vitesse de plus de 40 km/h et à qui on aura retiré leur permis de conduire, de continuer à conduire. Ils devront cependant conduire un véhicule équipé d’un contrôleur électronique de vitesse durant la période de suspension.

À lire aussi : Où part l’argent de nos amendes ?

Crédit photos: © © Shutterstock