Maison | Piscine : et si on se jetait dans le bain ?
Maison

Piscine : et si on se jetait dans le bain ?

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 2 août 2022
piscine jardin

Quel plaisir de se baigner dans sa piscine durant les belles journées estivales ! Cependant l’installation d’une piscine dans le jardin demande de se poser quelques questions  bien utiles : le type de bassin, le coût, l’entretien, le voisinage, son lieu d’implantation… Essayons de faire le tour du sujet avant de plonger !

Installation d’une piscine : quelle est la législation ?

Avant de commencer les travaux, il est important d’en connaitre les règles d’installation :

  • Pour un bassin de moins de 10 m2, aucune autorisation n’est requise pour poser sa piscine d’extérieur.
  • Entre 10 et 100 m2, une déclaration préalable de travaux est obligatoire.
  • Pour une surface de plus de 100 m2, il faut demander un permis de construire.

Pour être « piscinable », le terrain ne doit pas contenir un réseau souterrain susceptible d’être inondé (comme un réseau d’eaux pluviales) et permettre la construction d’une piscine enterrée d’une profondeur d’eau d’au moins 130 cm.

La législation concerne les piscines enterrées, hors-sol ou semi-enterrées. A savoir également, qu’une distance d’au moins 3 m entre la piscine en limite de propriété et la clôture du voisin est nécessaire. Cela peut éviter bien des soucis de voisinage !

Si le particulier ne respecte pas la réglementation existante sur la construction ou l’installation d’une piscine dans son jardin, il s’expose à une amende et à la démolition de l’ouvrage. La démarche se révèle primordiale. 

Piscine à la maison : la sécurité avant tout 

La prévention des risques de noyade est essentielle. Les piscines privatives creusées en extérieur doivent avoir au moins l’un des équipements suivants et respecter certaines normes :

  • Une barrière de protection, 
  • Un système d’alarme sonore, 
  • Une couverture de sécurité,
  • Un abri de type véranda qui recouvre le bassin intégralement.

 Tout contrevenant risque une amende de 45 000 euros en cas de manquement à ces règles de sécurité.

Les piscines posées sur le sol (hors-sol), démontables ou gonflables ne sont pas concernées par cette obligation.

Quels sont les différents types de piscines ?

On en distingue 6 types de piscines : 

  • A débordement (miroir ou cascade),
  • Intérieure, 
  • Hors-sol (gonflable, auto-portante, souple à armature tubulaire, en métal, en résine ou en bois),
  • Biologique, 
  • Enterrée,
  • Le couloir de nage.

Les matériaux les plus utilisés pour les piscines enterrées en béton (coulé, projeté ou en parpaings), plus durables et sur-mesure, et les piscines en coque, moins chères, et plus rapides à installer.

Zoom sur la piscine biologique ou naturelle

La piscine biologique est une alternative intéressante pour les amoureux de la baignade naturelle, dans le respect de l’environnement. Mais avant de plonger au milieu des plantes et des libellules… Kesako ? Elle se divise en 3 zones : le lieu de baignade, la zone de lagunage ou de plantation (système naturel de filtration et d’épuration effectué par des micro-organismes, algues et plantes aquatiques) et l’espace de génération pour oxygéner l’eau (cascade). 

Les avantages sont nombreux : pas de traitement chimique, respect de la peau, esthétique visuel, pas de réglementation, entretien simplifié, eau pure… mais quelques inconvénients sont tout de même à noter : prix élevé, attendre que l’écosystème se mette en place, évaporation de l’eau. 

La bonne question à se poser,  et la principale, reste la problématique de l’eau, surtout en ces périodes de sécheresse (et de canicule) qui seront de plus en plus nombreuses dans les années à venir.