Actualités | Le plus grand télescope du monde perturbé par un parc d'attractions
Actualités

Le plus grand télescope du monde perturbé par un parc d'attractions

Paolo Garoscio Publié par Paolo Garoscio - le 4 sept. 2017
radiotelescope-fast-donnees-tourisme-risque-interferences © © Shutterstock

Le plus grand télescope du monde, appelé FAST (Five hundred meters Aperture Spherical radio Telescope), se trouve dans le Sud de la Chine, très précisément dans la région rurale de Guizhou. Il s’agit d’un outil majeur pour les astronomes et les chercheurs du monde entier, qui espèrent grâce à cette nouvelle technologie percer les mystères de l’univers. Mais moins d’un an après sa mise en service, les chercheurs craignent pour son bon fonctionnement.

Une région rurale devenue largement touristique

Le lancement du FAST le 25 septembre 2016 a été un véritable événement pour le monde scientifique, mais également pour la région de Guizhou. Depuis un an, les projets immobiliers se multiplient et près de 46 hôtels ont été construits, avec toutes les infrastructures qui vont avec. Les touristes affluent en nombre mais, bien évidemment, ce n’est pas pour voir le télescope.

En même temps que le radio-télescope, un parc d’attractions à thème a été construit. Le succès a été immédiat et bien supérieur à ce qu’attendaient les investisseurs dans le projet : pas moins de 3,8 millions de visiteurs ont foulé les allées du parc durant le premier semestre 2017. En moyenne, le nombre de visiteurs a atteint 20 000 par jour, soit dix fois plus que les 2 000 initialement attendus et prévus pour le parc.

Un succès croissant et des interférences à foison

La fréquentation du parc ne désemplit pas, bien au contraire, pour le plus grand plaisir des autorités de la région. Les retombées économiques sont estimées à 580 millions d’euros par an, une véritable aubaine pour la région largement rurale. Et les autorités s’attendent à ce que le parc reçoive 10 millions de visiteurs avant la fin de l’année 2017.

En théorie, les visiteurs doivent éteindre tout appareil électronique, en particulier les téléphones portables, dans la zone entourant le télescope, une zone de 5 kilomètres de rayon. Mais selon les chercheurs, cette obligation n’est pas respectée par les visiteurs et n’est pas appliquée par les responsables du parc. Résultat : les interférences magnétiques se multiplient et ne devraient qu’augmenter avec le nombre croissant de visiteurs.

Pour les chercheurs, qui ont déjà alerté les responsables, c’est un véritable calvaire : les données captées par FAST risquent d’être compromises, rendant l’utilisation du télescope totalement inutile.