Maison | Coccinelles : pourquoi sont-elles les meilleures amies du jardinier ?
Maison

Coccinelles : pourquoi sont-elles les meilleures amies du jardinier ?

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 30 mai 2022
coccinelle jardin

Cette petite « bête à bon dieu », encore appelée « demoiselle », est un allié essentiel au jardinier... Derrière sa carapace rouge à tâches noires se cache un insecte amical, plein de surprises ! Partons « à élytres » à la rencontre de la la coccinelle (européenne).

Fiche d'identité de la coccinelle

  • Famille : les Coccinellidés, de l’ordre des coléoptères 
  • Description : La coccinelle possède 6 pattes, 2 crochets et 2 paires d’ailes. Une paire d’ailes antérieures - les élytres - qui est rigide (elle forme une carapace et stabilise le vol) et une autre membraneuse qui lui sert à voler, une fois les élytres relevés. Les élytres (rôle défensif) peuvent avoir différentes couleurs selon les espèces.
  • Habitat : Les coccinelles s’abritent uniquement l’hiver où elles hibernent dans le jardin, dans la maison, dans un tas de bois, sous les écorces ou les tas de feuilles mortes… où elles migrent en colonies l’hiver venu.
  • Régime alimentaire : Ce sont les prédateurs carnivores (aphidiphages), les pucerons en majorité, mais aussi des petites chenilles, des acariens, des cochenilles… et du pollen (30 à 50 %).
  • Cycle de vie : Au printemps (avril), la femelle pond des œufs (jusqu’à 500) au sein même des colonies de pucerons. Ces derniers deviennent des larves (10 jours) qui s’attaquent aux pucerons, puis après plusieurs mues, les larves se transforment en nymphes, puis en insectes aux points noirs que nous connaissons en mai.

Les différentes espèces de coccinelle 

Les Coccinellidés sont une grande famille de plus 3000 espèces à travers le monde dont une centaine en Europe. Cette diversité s’explique par la couleur des élytres (rouges, orange, jaunes ou noirs), le régime alimentaire (carnivores, herbivores ou mycophages), l’habitat ou le comportement (solitaire et sédentaire, migrateur et grégaire).Chez nous, au jardin, on rencontre généralement 2 espèces :

  • La Coccinella septempuncta, la coccinelle rouge à 7 points : 5 à 8 mm, 3 points sur chaque élytre et un à cheval sur les ailes. 
  • L’Adalia bipunctata, la coccinelle rouge à 2 points : elle possède un gros appétit (jusqu’à 90 pucerons/jour).

On peut aussi rencontrer au détour d’un chemin, la coccinelle jaune (à 22, 16 points, à damier), la coccinelle orange (à 14 points blancs, la noire (à 10 points ou 2).

Comment accueillir les coccinelles dans son jardin ?

Partons du constat : « Je n’ai pas de « demoiselles » dans le jardin ». Pourquoi ? Simplement parce que vous n’avez pas de pucerons (« éradiqués » à coups de pesticides). Il faut alors choisir : garder les pucerons et avoir des coccinelles ou ne rien avoir du tout ! Mais il y a des solutions :

  • Les introduire en achetant (dans les jardineries) des larves ou des adultes que l’on dispose sur les feuilles des plantes couvertes de pucerons dont elles se nourriront.
  • Leur offrir un abri : Dans un tronc d’arbre creux, on perce en diagonale de petits trous vers le haut afin que l’intérieur reste sec et on y creuse une chambre remplie de matières naturelles.

A savoir que les coccinelles ont de nombreux prédateurs : les fourmis (qui élèvent les pucerons), les punaises, les araignées, les oiseaux, des parasites (la guêpe noire) et depuis peu les coccinelles asiatiques... et toujours les pesticides.

En maintenant l’écosystème du jardin, on peut en faire un lieu d’accueil privilégié des coccinelles… et les autres auxiliaires du jardinier.