Retour X
Maison | Installer un poulailler familial dans son jardin : le mode d’emploi
Maison

Installer un poulailler familial dans son jardin : le mode d’emploi

Proposé par Pauline Picquette - le 16 août 2020

C’est décidé, je tente l’expérience : j’installe un poulailler au fond du jardin ! Bien sûr, j’aime les animaux, notamment les gallinacés, mais pas seulement : je fais un geste écolo, je lutte contre la crise, je me nourris mieux... et pour la toute la famille, c’est un vrai retour aux sources. Et puis, quel plaisir de déguster des œufs frais produits par mes poules… heureuses !

Quels sont les avantages du poulailler ?

Dans les campagnes et les zones péri-urbaines, nombreuses étaient les familles qui possédaient un poulailler pour des raisons économiques. De nos jours, le coût des œufs a baissé, mais la qualité aussi avec l’élevage industriel de milliers de poules élevées en batterie et réduites à de simples pondeuses, sans respecter la moindre éthique de la vie animale...

De facto, les avantages-bienfaits d’un poulailler sont multiples :

  • Je ramasse chaque jour des œufs frais en ayant la certitude de manger sain.
  • C’est une occupation peu exigeante en soins, 2h par semaine pour l’entretien.
  • Les poules en picorant, débarrassent le jardin des herbes indésirables et des insectes nuisibles.
  • Je fais un geste écologique : je recycle en circuit court les déchets alimentaires de la maison.
  • Je responsabilise les enfants : ramassage quotidien des œufs, nourrissage des poules et entretien du poulailler…et je participe à l’éducation du respect des animaux, au développement de leur sens affectif.

Les inconvénients potentiels et les obstacles éventuels

Avant d’installer mon petit poulailler, il faut se renseigner et se poser les bonnes questions…

1. La législation

  • Dans certains lotissements et communes, l’élevage d’animaux de basse-cour est limité voire interdit.
  • Pour garder de bonnes relations de voisinage, prévenir les voisins et éviter le coq !

2. L’entretien

  • Les poules demandent un minimum d’entretien : comptez 15 minutes par jour de travail pour les soins et la nourriture.

3. Les odeurs

Si l’on nettoie le poulailler souvent ( 1 fois complètement tous les 8 jours), il n’y a pas de risques d’empester le voisinage. Comment ? Avec une raclette au sol et changez la litière des nids.

4. Le bruit

Les poules caquettent et cela peut agacer vos voisins : l’élevage d’animaux de basse-cour proches des habitations est souvent source de quiproquo, voire plus ! Eviter le coq, il n’est pas indispensable pour avoir des œufs : la poule en produit pratiquement en permanence.

5. La rentabilité

Elever des poules pondeuses (2 à 4) n’est ni un investissement, ni une opération financière en soi. Il est difficile de calculer les économies réalisées, néanmoins votre achat sera vite amorti et surtout, tout le monde à la maison mangera de bons extra frais bio !

6. Les dangers

Il en existe pour vos bêtes à plumes : méfiez-vous des renards, fouines et rats, ces prédateurs indésirables du poulailler ! Des solutions existent pour les éloigner : grillage, chien, odeur humaine et surtout bien clore l’espace-nuit pour les poules.

3. Comment choisir un poulailler ?

Il doit être placé sur du gazon ou sur des copeaux de bois dans un endroit abrité du jardin, la poule est très sensible aux changements de température. Il faut prévoir 1 nid par poule, 1 mangeoire, un abreuvoir, un perchoir et un pondoir.

  • La taille ? 1 à 2 m2 par poule à l’intérieur, 10 m2 à l’extérieur

On l’achète ou on le construit soi-même : compter 100 à 700 euros à monter, on le construit à l’aide de plans ou on le fabrique avec des palettes de récupération.

4. Bien choisir ses poules 

Elevage ? Marché ? Quelle race et quel prix ? Autant de questions à se poser avant d’acheter ses poules !

  • Quelle race de poules ? Il existe des races « légères » (qui pondent à 5-6 mois) et « lourdes » ( qui pondent un peu plus tard). Evitez les poules naines ou d’ornement, piètres pondeuses !
  • Le top 5 des poules pondeuses rustiques : la poule rousse, la Harco, la Worwerk, la Sussex, la Gournay.
  • Où les acheter ? Chez les agriculteurs, sur les marchés locaux, chez les éleveurs, en ligne ou en jardinerie.
  • Combien de poules ? 4 à 5 gallinacés pour 4 personnes en fonction de la capacité d’accueil du jardin.
  • Précautions avant l’achat ? La poule doit être en bonne santé (visite à réaliser) pour éviter les mauvaises surprises (sexe et débecquage).
  • A l’arrivée au poulailler ? Isolez les nouvelles, au moins la première journée ! Une hiérarchie règne chez les poules et il faut qu’elles s’habituent à la vie communautaire.
  • Le prix d’une poule ? De 8 à 30 euros selon la race.

En supplément : les expressions avec le mot « poule » !

Avoir la chair de poule, être une maman poule, être une poule mouillée, quand les poules auront des dents,…

Crédit photos: © shutterstock