Maison | Immobilier : nouvelle baisse des taux d'intérêt, le moment d'acheter ?
Maison

Immobilier : nouvelle baisse des taux d'intérêt, le moment d'acheter ?

Jean-baptiste Giraud Publié par Jean-baptiste Giraud - le 3 août 2016
Acheter une maison oui, mais pas à n'importe quelle condition © (c) Shutterstock

Les taux d'intéret immobilier ont enregistré une nouvelle baisse au mois de juillet, atteignant le niveau record de 1,55 %, contre 1,62 % en juin. Cela peut vous donner envie de vous lancer dans le projet d'acquérir un bien immobilier, pour profiter à plein des taux bas. Mais attention ! Les prix restent trés élevés quand il s'agit d'acquérir sa résidence principale, en ville, ou des logements destinés à faire de l'investissement locatif.


Les prix n'ont en effet pas beaucoup reflué, après la crise, contrairement à ce qu'il s'est passé dans certains pays européens, comme l'Espagne par exemple. Par ailleurs, les prix de l'immobilier français sont nettement plus élevés, à surface et localisation comparables, que ceux de l'Allemagne par exemple. La plupart des experts s'accordent pour dire que les prix français sont, dans certains endroits, suréavalués de 30 à 40 %, par rapport à ce qu'ils devraient, ou pourraient être. Aussi, acheter un bien aujourd'hui, même avec des taux bas, pourrait bien se révéler être une très mauvaise affaire si le marché se retourne un jour prochain.

S'il s'agit d'investir pour louer, et donc, faire du rendement locatif, là encore, attention. Les mesures de plus en plus strictes d'encadrement des loyers, les contraintes nouvelles portant sur les propriétaires, les risques de loyers impayés, font de l'investissement locatif un investissement à risque. Attention aux promesses de défiscalisation vantés par certains promoteurs immobiliers. Plus d'un investisseur se sont retrouvés avec un ou des studios ou des appartements sans locataire(s), mais avec des remboursements de prêt à honorer.

En revanche, l'acquisition d'une résidence secondaire peut être une bonne affaire, car le marché s'est lui effondré ces dernières années. C'est une spécificité franco-française, puisque la France est numéro 1 en Europe en termes de résidences secondaires par habitant. Nombre de septuagénaires et d'octogénaires ont mis en vente leur maison à la campagne, mais avec l'effet croisé du nombre de biens mis en vente, provoqué par l'arrivée de la génération Papy Boom à des âges où la résidence secondaire leur pèse et leur coûte plus qu'elle ne leur apporte, et de la crise, les prix ont parfois chuté de 50 % ! Seuls les biens situés en bord de mer, ou à la montagne, dans des "spots" recherchés, ont conservé leur valeur de marché, voire, ont encore gagné. 

En résumé, ne vous lancez pas tête baissée dans un projet d'acquisition de bien immobilier, car derrière, il restera toujours un capital à rembourser !