Maison | Comment construire son poulailler soi-même ?
Maison

Comment construire son poulailler soi-même ?

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 4 avr. 2022
femme poulaillier

L’engouement pour les poulaillers est bien présent depuis quelques années en France. Posséder des poules répond à des besoins spécifiques : retour à la naturebien-être animal et manger du « bon » (les œufs, évidemment !). Mais attention, c’est une entreprise qui demande du travail : construire son poulailler, l’entretenir et s’occuper des gallinacés.

Les avantages d’un poulailler chez soi 

  • C’est, d’abord, d’avoir des œufs frais à portée de main : économie bien sûr, mais aussi connaissance des conditions d’élevage des poules.
  • Les volatiles remplacent ou complètent un composteur ; elles se nourriront des restes de fruits et de légumes.
  • Les « fientes » peuvent servir d’engrais.
  • Avec les enfants, c’est une activité très ludique et d’éveil de posséder des animaux.

Comment faire pour installer un poulailler dans son jardin ?

Vous pouvez choisir entre 3 options : 

  1. L’acheter dans une jardinerie ou sur le Net,
  2. Le fabriquer soi-même en le concevant de toute pièce, unique et personnalisé et adapté à ses besoins (DIY).
  3. Le construire en suivant les plans d’un modèle.

Les éléments indispensables avant de le construire

Avant de se lancer dans la construction du poulailler, il faut penser au bien-être animal : les poules sont des êtres vivants et il faut respecter donc certaines règles. En général, un poulailler comporte 2 grandes parties :

  • L’habitation
  • L’espace « promenade » (la volière)

Deux alternatives peuvent se présenter :

  • Ces 2 parties constituent un seul ensemble,  dans la même construction,
  • La partie « logement » est réalisée, puis placée dans un enclos.

Les conditions pour l’habitation

  • Une bonne isolation : Les poules n’aiment ni avoir trop chaud ni trop froid. Il faut donc utiliser du bois qui possède un pouvoir isolant correct. La structure doit être isolée du sol pour empêcher l’humidité de rentrer et installée ni en plein soleil ni en plein vent.
  • Un abreuvoir et une mangeoire.
  • Des pondoirs  : un seul pour 2 poules.
  • Un perchoir en hauteur, pour dormir.
  • Une trappe avec une rampe ou une petite échelle afin que les poules puissent sortir et rentrer vers l’espace  « promenade ».
  • Une ventilation efficace afin de renouveler l’air et d’éviter les mauvaises odeurs ; il faut prévoir une ouverture grillagée sur le côté (à fermer en cas de mauvais temps).
  • Des accès pour ramasser les œufs, renouveler l’eau et nettoyer.
  • Un bac de sable, de terre ou de cendre pour que les poules se lavent les plumes.

La partie « promenade » d’un poulailler 

Il faut compter 1 m2 d’espace de promenade par poule mais cela reste un minimum. Volière ou enclos, ou voire le jardin s’il est clôturé (en prenant en compte les nuisances).

  • Le grillage doit être à petites mailles,
  • Le sol en terre (insectes et vers),
  • Le bas du grillage doit être renforcé par un « rempart » dans le sol (30 cm), pour se garder des prédateurs (renard, fouines, rats…),
  • On peut également prévoir une toiture ou un filet (pour éviter toute évasion des poules).

Plans, conseils techniques, récupération et prix

  • Des plans sont disponibles sur le Net, mais vous pouvez également réaliser le vôtre, plus personnalisé. On distingue les petits poulaillers, triangulaires en longueur, sur pilotis sans ou avec volière ou des grands, style cabane de jardin, maisonnette sur pilotis, en hauteur…
  • Le bois, robinier, pin ou sapin, reste le meilleur matériau : imputrescible, isolant, made in France et facile à travailler.
  • Des idées avec de la récup' : un ancien meuble, un lit pour bébé, des tourets, une vieille maisonnette pour enfants, des palettes… On imagine !
  • Les prix varient selon le modèle, le nombre de poules, le fabricant : entre 100 et 900 euros ! Le mieux, le faire soi-même : moins cher, unique et la satisfaction du DIY !