Actualités | Trop de substances nocives dans les peintures pour enfants
Actualités

Trop de substances nocives dans les peintures pour enfants

Marie-eve Wilson-jamin Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 25 oct. 2017
12 peintures sur les 17 analysées contiennent des substances très allergisantes. © © Shutterstock

Une étude du magazine Que Choisir publiée ce mardi, révèle que les peintures pour enfants contiennent trop souvent des substances nocives.

12 peintures sur les 17 analysées, contiennent des substances très allergisantes

Et si peindre n'était finalement pas sans danger pour les très jeunes enfants ? C'est ce que révèle une étude publiée ce mardi 24 octobre par le magazine Que Choisir. Après avoir testé les fournitures scolaires en 2016, l'association de consommateurs a décidé, cette année, de s'intéresser de plus près à la peinture. Ses conclusions sont très inquiétantes. 

Ainsi, sur 17 peintures analysées, 12 contiennent des substances très allergisantes, voire toxiques. Pire, le magazine évoque le MIT et le MCIT, de « très puissants allergènes par contact, responsables d'une véritable épidémie d'allergies ». Quant au phénoxyéthanol, il est « toxique pour le foie ». Et le formaldéhyde est une substance classée « cancérogène ».

Le phénoxyéthanol présent dans ces peintures est toxique pour le foie

En résumé, sur les sept peintures aux doigts analysées, une seule est recommandée par Que Choisir. Pour la peinture à l'eau, quatre produits sur dix sont bien notés. Ces peintures sont le plus souvent utilisées par de tout jeunes enfants. Or, il est presque impossible de les empêcher de mettre leurs mains dans leur bouche. 

Pour rappel, le phénoxyéthanol est toxique pour le foie, c’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommande de ne pas dépasser le taux de 1% dans les cosmétiques pour adultes, et des quantités encore plus basses pour les enfants de moins de 3 ans. Or, « la limite actuelle est malheureusement fixée à 1% dans les peintures aux doigts, c’est aberrant », s’insurge l’UFC-Que-Choisir

À lire aussi : Comment agir en cas d'empoisonnement ou d'intoxication ?