Actualités | Une fausse infirmière embauchée dans un hôpital
Actualités

Une fausse infirmière embauchée dans un hôpital

Emilia Capitaine Publié par Emilia Capitaine - le 28 sept. 2017
infirmière

Dans la Somme, une femme a été embauchée en tant qu’infirmière cadre alors qu’elle ne possède aucun diplôme. Une situation causée par un contrôle insuffisant de la part des recruteurs.

Elle travaille pendant 9 mois sans diplôme d’infirmière

Une femme de 32 ans a réussi à se faire embaucher comme infirmière cadre à l’hôpital de Péronne, dans la Somme, alors qu’elle ne dispose d’aucun diplôme. Un jeu de dupe qui a duré neuf mois… Depuis, l’hôpital a découvert la supercherie et porté plainte. Ce jeudi 28 septembre, la femme sera jugée devant le tribunal correctionnel d’Amiens pour exercice illégal de la profession d’infirmière.

En tant qu’infirmière cadre, elle devait principalement s’occuper de tâches administratives (gestion des plannings, organisation des équipes et des soins), mais elle agissait aussi, et c’est plus inquiétant compte-tenu de son absence de compétences, comme référent pour les infirmiers débutants ou rencontrant des difficultés dans les soins prodigués aux patients.

Un contrôle à l’embauche insuffisant

Mais comment se fait-il que cette femme ait pu passer ainsi entre les mailles du filet ? En théorie, des contrôles existent, censés empêcher que de telles situations se produisent. En effet, avant d’embaucher un ou une infirmier(ère), le recruteur doit vérifier d’une part le numéro ADELI, le répertoire national d’identification des professionnels de santé, délivré par l’Agence régionale de santé (ARS) et d’autre part le numéro ordinal, délivré par l’Ordre national des infirmiers.

Mais dans les faits, la procédure n’est pas toujours respectée par les établissements médicaux. « La plupart des employeurs s’en fichent, ils ne font même pas ces vérifications d’usage parce qu’ils ont une vision péjorative de la profession, vue comme une profession d’exécution », déplore ainsi Thierry Amouroux, président du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), dans les colonnes de 20 Minutes