Actualités | Les Français sont mauvais en mathématiques mais raffolent de cette matière
Actualités

Les Français sont mauvais en mathématiques mais raffolent de cette matière

Marine Tertrais Publié par Marine Tertrais - le 1 nov. 2017
Un écolier sur huit ne maîtrise pas les compétences élémentaires en mathématiques.

Selon un sondage CSA Research, mené pour Le Point et RTL, 6 Français sur 10 ont aimé leurs cours de mathématiques à l’école. Mais ce n’est pas pour autant que leurs résultats ont été florissants.  

Le calcul et la géométrie ne sont pas de mauvais souvenirs

On assimile souvent les mathématiques à l’école à de longues heures de souffrance passées à plancher sur des problèmes impossibles à résoudre. Mais si on interroge les Français sur ces cours de mathématiques, ils sont 61 % à déclarer avoir aimé les mathématiques durant leur scolarité. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé pour Le Point et RTL. Ce désamour entre les Français et les maths existe-t-il vraiment ?

Quand on leur demande quelle était leur matière préférée quand ils étaient à l’école, ils répondent en premier le Français, puis le calcul et la géométrie et, en troisième position, l'histoire-géographie. Ces réponses sont étonnantes, notamment quand on relit les conclusions de l'étude internationale Timss, publiée fin 2016, qui révélait que les Français étaient les plus mauvais élèves européens en mathématiques.

Et si le problème venait de la méthode ?

Ces travaux mettaient en lumière un paradoxe français : les professeurs des écoles français consacrent en moyenne 193 heures par an aux mathématiques, ce qui est très important en comparaison avec la moyenne européenne qui est de 158 heures. Alors, qu’est ce qui ne fonctionne pas ? Comment expliquer ces chiffres ? Il semblerait que tout soit une question de méthode. L'enseignement des mathématiques serait inadapté pour un bon apprentissage.

Parmi les 39 % des personnes interrogées qui affirment ne pas aimer les mathématiques, ils sont en effet 65 % à estimer que l’enseignement des maths mériterait une approche plus concrète. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, semble avoir bien compris ces enjeux. Selon lui, il est impératif d’améliorer l’enseignement de cette matière. Pour cela, il a demandé à l'inspecteur général de l'Éducation nationale, Charles Torossian, et au député et mathématicien Cédric Villani de lui faire des propositions. Leur rapport est attendu fin janvier.

Vous aimerez aussi : Plus on vieillit, plus l’orthographe s’améliore