Écologie | Jardin : 7 petits gestes pour sauver la biodiversité
Écologie

Jardin : 7 petits gestes pour sauver la biodiversité

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 26 avr. 2022
jardinage planter un arbre

« Il n’y a pas de petits gestes quand on est 7 milliards à les faire » ! Inventaire à la « Prévert » pour réduire notre empreinte écologique et protéger la planète, mais aussi devenir plus autonome. C’est parti pour 7 attitudes « nature » !

1. Fabriquez un mini-hôtel à insectes

Pour fournir aux insectes du jardin le gîte, en plus du couvert, installez dans une caisse en bois (genre « clémentines »), en y insérant de petites étagères réalisées avec des chutes de bois :

  • Une mini-bûche percée de trous pour accueillir les abeilles et les guêpes solitaires, dont les larves se nourrissent de pucerons,
  • Des tiges de bambous pour les osmies et les mégachiles, abeilles solitaires qui pollinisent les fleurs des arbres fruitiers,
  • De la paille pour les pince-oreilles et les chrysopes, dont les larves sont friandes de pucerons, cochenilles farineuses, aleurodes, thrips ou œufs d’acariens,
  • Enfin, des pommes de pin pour abriter les coccinelles.

2. Créez un totem écologique

Un arbre mort est bon pour la biodiversité : on ne le coupe pas, bien au contraire, on en fait un refuge aux nombreuses espèces en gardant le tronc. Alors, une fois, les branches coupées, on y installe des abris à « bébêtes ». Et pour relier ces différents habitats, on laisse pousser du lierre, qui formera des chemins verts… Quelques années, plus tard, vous pourrez observer tout un petit peuple d’insectes dans ce totem écologique qui vous surprendra !

3. Plantez des arbustes à baies

Exit les haies monotones de laurier palme ou de thuya ! On dit oui aux haies champêtres composées d’essences végétales locales et diversifiées aux baies variées. Elles permettent aux espèces animales-insectes et oiseaux-de trouver de quoi se loger et manger, en variant leur alimentation au fil des saisons.

4. Paillez sans hésiter

Le paillage (broyat, écorces, déchets de gazon…) protège le sol de l’érosion et du gel, conserve l’humidité des sols l’été et permet de limiter les arrosages. Le paillage préserve aussi la biodiversité du sol.

5. Récupérez l’eau de pluie

Utiliser l’eau de pluie pour arroser les plantes ? Super pour les végétaux car elle contient moins de chlore et de calcaire, mais elle peut aussi servir pour nettoyer les meubles de jardin, la terrasse… donc des économies d’eau potable. Néanmoins, préférez une cuve fermée afin d’éviter la prolifération des larves de moustiques.

6. Laissez tranquille les bourdons

Il est vrai qu’ils ne sont pas vraiment bien accueillis au jardin, mais n’oublions pas qu’ils sont d’excellents pollinisateurs ! Ils nichent dans des cavités déjà existantes (galeries de rongeurs)… On peut couvrir le nid sous-terrain avec un pot de terre, rempli de paille et ne pas les ennuyer car ils peuvent se défendre, donc prudence !

7. Ne donnez pas de pain aux oiseaux

Pain, biscottes et leurs dérivés sont peu recommandés pour les oiseaux ; de facto ces aliments sont trop salés (toxique) et les levures les font gonfler. Préférez les graines variées durant l’hiver, mais dès le printemps revenu, les oiseaux ne doivent  être dépendants d’un apport artificiel de nourriture.

Mais aussi... Construire un muret de pierres sèches, utilisez son compost, creusez une mare,...