Santé / Bien-être | Bientôt le recours au télétravail en cas d'arrêt maladie ?
Santé / Bien-être

Bientôt le recours au télétravail en cas d'arrêt maladie ?

Publié par M6 météo - le 15 nov. 2018
© © Shutterstock

Le gouvernement a commandé une mission chargée de réfléchir à la possibilité de télétravailler en cas de maladie, pour limiter les arrêts maladie.

Limiter les arrêts maladie de longue durée, « trop coûteux pour l’Assurance-maladie »

Invité sur RTL mercredi 14 novembre 2018, le Premier ministre, Édouard Philippe, a confirmé avoir diligenté une mission sur les arrêts maladie, chargée notamment de plancher sur la possibilité de mettre en place, lorsque c’est possible, le télétravail, « pour minimiser les arrêts de travail de plus de six mois, trop coûteux pour l'Assurance-maladie ».

Selon les journalistes de RTL, les arrêts maladie de longue durée, qui excèdent 6 mois, s’ils ne représentent que « 7% des arrêts de travail, coûtent près de la moitié des dépenses de l'Assurance-maladie (44% du coût des arrêts pour l'Assurance-maladie). » Mais le télétravail pourrait être proposé également en cas d’arrêt de travail de courte durée.

Le rapport final est attendu fin décembre 2018

Une première réunion a eu lieu le 13 novembre 2018, rassemblant médecins, syndicats du patronat et des salariés ainsi que représentants des patients, pour établir un état des lieux et évoquer les premières pistes. La question est en effet « délicate », selon les propres termes d’Édouard Philippe, car il s’agit de ne pas exercer de pression sur l’employé pour travailler de chez lui.

Le télétravail serait évidemment organisé « en concertation avec le salarié, l'entreprise et le médecin traitant ». Les avantages ? « Des économies pour la Sécurité sociale, une meilleure organisation pour l'entreprise. Et une mesure qui permettrait au salarié de rester en contact avec son travail. » La mission devrait rendre son rapport final fin décembre. « Le gouvernement se prononcera une fois les travaux terminés et le rapport remis », a précisé le Premier ministre.

À lire aussi : Des arrêts maladie de plus en plus nombreux