Santé / Bien-être | Les canards de bain contiennent bactéries et champignons
Santé / Bien-être

Les canards de bain contiennent bactéries et champignons

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 28 mars 2018
© ©pixabay

Des chercheurs ont étudié des canards de bain en plastique et observé des germes potentiellement pathogènes chez 80% d'entre eux, notamment des légionelles.

Entre 5 millions et 75 millions de cellules... sur chaque centimètre carré de canard

Les canards de bain sont des nids à bactéries, selon une étude menée par des chercheurs suisses et américains. Dans un communiqué intitulé « Les vilains petits canards de bain » publié mardi 27 mars par le Conseil fédéral suisse, les conclusions de l'étude sont sans appel : tout corps en plastique plongé dans un liquide déjà pollué par nos ablutions devient porteur de bactéries et de champignons.

Ainsi, pour parvenir à leurs résultats, les scientifiques ont découpé et examiné des canards et découvert entre 5 millions et 75 millions de cellules… sur chaque centimètre carré de surface. Les canards exposés à de l'eau de bain sale sont porteurs de champignons. Enfin, 80% de tous les canards étudiés ont développé des germes potentiellement pathogènes, notamment des légionelles et des bactéries très résistantes.

Le caoutchouc libère de grandes quantités de carbone organique

Durant leurs travaux, les chercheurs de l'Institut de recherche sur l'eau Eawag, de l'École polytechnique fédérale de Zurich, et de l'Université de l'Illinois (États-Unis) ont placé des canards neufs pendant onze semaines dans deux eaux différentes. L'une était propre et l'autre était de « l'eau de bain usagée contenant des restes de savon, de la saleté, de la sueur et des bactéries accompagnatrices du corps humain ».

L'auteure principale de l'étude, Lisa Neu, rapporte que le caoutchouc des canards, souvent composé de polymères de qualité inférieure, libère de grandes quantités de carbone organique. En effet, lors du bain, des nutriments, de l'azote et du phosphore notamment, et des bactéries sont libérés dans la baignoire en provenance du corps des baigneurs, ainsi que des produits de soins utilisés, shampooings et autres gels douche. Frederik Hammes, de l'Eawag, cité dans le communiqué, suggère de durcir la réglementation sur les polymères utilisés dans la fabrication des jouets destinés à flotter dans les baignoires.

À lire aussi Comment bien traiter les moisissures ?