Santé / Bien-être | La prescription du baclofène autorisée dans le traitement de l'alcoolisme
Santé / Bien-être

La prescription du baclofène autorisée dans le traitement de l'alcoolisme

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 24 oct. 2018
© © Shutterstock

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a finalement annoncé, mardi 23 octobre 2018, l'autorisation de mise sur le marché du baclofène dans le traitement de l'alcoolisme.

Baclofène : autorisation de mise sur le marché pour le traitement de l'alcoolisme

Le baclofène, conçu initialement comme décontractant musculaire et utilisé par de nombreux alcooliques hors de son indication d'origine, a enfin obtenu son autorisation de mise sur le marché pour le traitement de l'alcoolisme, par l'Agence du médicament (ANSM).

En revanche, dans le cadre de cette autorisation de mise sur le marché, le baclofène ne pourra être prescrit qu'à une dose réduite (80 mg/jour au maximum), que de nombreux addictologues jugent faible pour avoir un réel effet. Ces derniers espèrent que, plus tard, ce traitement deviendra comme celui de l'insuline : adapté en fonction de chaque patient. 

Prescription à dose réduite, après échec des autres médicaments

La prise de ce médicament s'accompagne d'effets secondaires comme l'anxiété et la déprime. La question des effets secondaires, longtemps jugée préoccupante, n'a pas été oubliée. C'est elle qui oblige, en effet, ce traitement à être prescrit sous conditions, soit une dose réduite (80mg/jour au maximum), dès lors que les autres médicaments se sont révélés inefficaces.

Si le baclofène n'est pas le médicament miracle vanté, son efficacité concernant l'addiction à l'alcool a été prouvée. C'est en tout cas le résultat de deux études menées ces dernières années sur des patients français. Dans la moitié des cas, le médicament a permis de réduire considérablement et rapidement la consommation d'alcool des 320 personnes testées. Certaines sont ainsi passées de douze à quatre verres par jour, et ce en seulement un mois. 

À lire aussi : L'alcoolorexie : cette pratique dangereuse qui s'invite dans les soirées étudiantes