Santé / Bien-être | Le soutien-gorge anticancer Seinsafe est une arnaque
Santé / Bien-être

Le soutien-gorge anticancer Seinsafe est une arnaque

Publié par Perrine Derobien - le 3 sept. 2019

Seinsafe fabriquait soi-disant des soutiens-gorge anticancer. Une belle arnaque que l’on pouvait trouver sur Internet.

Seinsafe : le soutien-gorge anticancer était une arnaque

Cet été, une vidéo présentant un soutien-gorge miracle a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Cette publicité vantait les mérites d’une lingerie sans armatures, ne blessant pas et surtout capable de protéger du cancer du sein. Mais il s’avère que ce soutien-gorge permettant « de changer complètement la vie » des clientes était une arnaque ; d’ailleurs, le site de vente n’existe plus.

La marque de ce soutien-gorge anticancer s’appelait Seinsafe et semblait parfaitement sérieuse. Elle proposait même des promotions aux clientes qui pouvaient ainsi s’offrir une lingerie à un prix avantageux : 29,90 € contre 59,90 €. Une offre alléchante qui a attiré de nombreuses femmes soucieuses de leur santé.

Des clientes jamais remboursées

Mais les clientes n’ont jamais reçu leurs soutiens-gorge. Malgré des demandes de remboursement, elles n’ont pas pu récupérer leur argent, Seinsafe arguant qu’elles ne pouvaient pas être remboursées dans la mesure où il s’agissait d’une offre promotionnelle. Un argument bidon d’une société bidon.

Seinsafe n’a jamais été fabricant de soutiens-gorge miraculeux et les quelques rares clientes qui ont eu la chance de recevoir un de ces articles se sont en fait retrouvées avec un soutien-gorge de piètre qualité fabriqué en Chine. Dénoncée par Que Choisir, cette arnaque s’appuyait sur un système de vente spécifique : le drop shipping qui inclut un client, un revendeur et un fournisseur.

Aujourd’hui, de nombreux achats se font par ce biais. Certains sont des bonnes affaires, d’autres non. D’une manière générale, lorsque l’on vous vend un produit miracle sur Internet, vous pouvez être quasiment certain qu’il s’agit d’une arnaque.

À lire aussi : La déesse de la Grand’Place de Lille porte un soutien-gorge rose… pour la bonne cause