Santé / Bien-être | Substances toxiques : se méfier des produits qui viennent de Chine
Santé / Bien-être

Substances toxiques : se méfier des produits qui viennent de Chine

Publié par Marine Tertrais - le 16 févr. 2018

Selon de dernier rapport de l'Echa (Agence européenne des produits chimiques), on trouve encore de nombreuses substances toxiques dans nos produits du quotidien. Comment l’expliquer ?

Des métaux lourds et des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont très dangereux pour la santé, ils ont en effet un impact négatif sur le neurodéveloppement, le métabolisme ou encore la fertilité. Pourtant, ils seraient encore très présents dans notre quotidien. C’est en tout cas ce qu’avance l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), l’instance chargée d’appliquer le règlement Reach (enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques) de 2007.

Selon son dernier rapport, près d’un produit de consommation courante sur cinq contiendrait des substances de synthèse ou des métaux lourds interdits dans l’Union européenne. En analysant plus de 5.500 produits, les chercheurs ont en effet détecté la présence de plomb, d'amiante, de phtalates, de mercure ou encore de chrome hexavalent. Des substances toxiques pour la santé, notamment celle des enfants.

Regarder l’origine des produits qu’on achète

Toujours selon ces travaux, 20% des jouets testés contiendraient des phtalates, des perturbateurs endocriniens reconnus. Mais s’ils sont interdits au sein de l’UE, comment se fait-il que nos enfants entrent en contact avec eux ? Parce qu’une grande majorité des jouets n’est pas fabriquée en Europe mais en Chine. Dans ce pays, les règlementations en matière de substance toxiques sont beaucoup moins strictes.

Au total, 17% des produits à risque proviennent de Chine et pour 40% des autres produits dangereux, il n’a pas été possible d’identifier le pays de production. « Il est donc préférable d’acheter des produits qui affichent leur lieu de production », recommande l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir. Il faut en effet être prudent si on ne veut épargner la santé de nos enfants et la nôtre.

À lire aussi Comment limiter au quotidien son exposition aux perturbateurs endocriniens