Écologie | France : le pays se réchauffe plus intensément et rapidement qu'ailleurs
Écologie

France : le pays se réchauffe plus intensément et rapidement qu'ailleurs

Laura J. Publié par Laura J. - le 25 nov. 2022

La nouvelle est tombée dernièrement : une étude récente parue dans le journal « Earth System Dynamics » communique de nouvelles estimations à la hausse concernant le réchauffement climatique en France. Elle explique que certaines des méthodes d'évaluation du changement climatique utilisées jusqu’à présent ne sont pas exactes et devraient être revues dans le but de fournir des indications afin d’être plus proches de la réalité. L’étude en vient à un triste constat : la France se réchauffe plus vite que ce que les scientifiques pensaient, mais cette évolution est également plus importante que la moyenne planétaire. Essayons de comprendre ces nouvelles données ensemble !

Une estimation erronée détectée après un changement de procédures

Pour bien comprendre la situation et les modifications qu’apporte cette étude, nous pouvons nous appuyer sur les explications d’Aurélien Ribes, qui est climatologue au CNRM (le Centre national de recherches météorologiques). Il y soulève une différence de fonctionnement entre le 5e et 6e rapport du Giec.

« Jusqu'au cinquième rapport du Giec (2014), le réchauffement planétaire attendu était estimé à partir de simulations uniquement. Dans le sixième rapport (2021), le calcul combine les simulations et les observations. […] La prise en compte de ces observations conduit à revoir à la hausse le réchauffement attendu en France ».

L’élément à retenir est que cette procédure n'était jusqu’à présent utilisée que pour la moyenne planétaire, et n’était pas employée pour le cas de la France. Cette nouvelle analyse constitue donc un coup de massue, puisque ces dernières observations dévoilent que l’Hexagone se réchauffe en réalité encore plus vite que ce que les scientifiques pensaient jusqu’à présent. La hausse est loin d’être négligeable puisque l’on parle ici d’une hausse 50 % plus rapide que ce que la communauté scientifique avait anticipé !

Pour le moment, la hausse des températures moyenne à travers le monde est de +1,2 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Lorsque l’on ne parle que du cas de la France et pas des autres pays, cette hausse grimpe désormais à +1,7 °C – la marge est plus précisément comprise entre +1,4°C et 1,9°C. C’est donc clair, l’augmentation en France est plus importante que la moyenne mondiale, et Aurélien Ribes précise :

« La France se réchauffe davantage (environ 20 % plus vite) que la moyenne planétaire ».

Les scénarios annoncent d'ici la fin du siècle entre +3 et +6 °C en France

Comme le souligne le climatologue, avec un rythme de +0,36 °C en moyenne sur une période de 10 années, la France pourrait bien enregistrer une hausse atteignant les +3,8 °C d’ici à 2100 (par rapport aux niveaux préindustriels) - si l’augmentation reste constante et se poursuit à cette vitesse.

Alors que jusqu’à présent, de tels chiffres n’étaient mentionnés que dans les scénarios les plus pessimistes, ils correspondent désormais au scénario mettant en scène des émissions modérées de gaz à effet de serre.

D’autres alternatives bien plus négatives prévoient maintenant une hausse encore plus importante. Elles anticipent en effet que d’ici la fin du siècle, le mercure de nos thermomètres pourrait grimper de +6,7 °C en France.