Écologie | Que deviennent nos vêtements usagés ? Quels gestes adopter ?
Écologie

Que deviennent nos vêtements usagés ? Quels gestes adopter ?

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 17 janv. 2022
vêtements recyclage

Armoires, dressings, penderies regorgent de vêtements qui sont « boudés », parfois usés, que l’on a tant aimés porter. On a bien essayé de les transformer, réparer, associer avec d’autres mais on n’a pas trouvé la bonne recette ! Certains de ces « habits » connaissent alors un sort tragique... jetés... alors qu'il existe moult solutions pour leur donner une seconde vie. Passons à la loupe ces alternatives qui leur éviteront la benne à ordures.

Que faire de ses vêtements usagers ? 

  • La revente : les options sont nombreuses ! Soi-même en en parlant à son entourage ou via des sites de vente en fixant notre prix (Vinted, Ebay, Le Bon Coin, Market Place…), grâce aux vide-dressings, en passant par un tiers (moyennant une commission) ou encore par l’intermédiaire de dépôts-vente en ligne qui vendent en sacs.
  • Le don : la solution solidaire qui permet à certaines personnes précaires de retrouver du travail ; ce sont Emmaüs, le Secours Populaire, les Ressourceries, les boutiques solidaires.
  • Le troc : l’alternative « vieille comme le monde » ! On participe à une réunion de troc où l’on amène ses vêtements que l’on ne porte plus… et on repart avec ceux d’un(e) autre invité(e).
  • L’apport dans les bornes de collecte : dans celles du Relais ou EcoTextile (30 000 conteneurs en France) par exemple, mais attention quelques précautions sont à prendre (vêtements ni humides, ni sales). On met habits, chaussures, linge de maison dans des sacs de 50 litres bien fermés... et hop, dans la benne !
  • Le réemploi par « l’upcycling » ou le surcyclage : des vêtements sont retravaillés par des stylistes de mode… Des créations uniques et limitées !

Le recyclage des vêtements usagers

Le recyclage par l’effilochage des tissus : c’est 20% des textiles collectés… Des feutres pour l’automobile, la matelasserie, les isolants thermiques ou phonique, les papeteries et la filière textile, c’est-à-dire refaire du fil avec des textiles de vieux vêtements… Ce n’est pas de l’utopie, des filatures françaises se lancent dans l’aventure : vive l’économie circulaire !

La valorisation des vêtements en chiffons d’essuyage : c’est 8 à 10 % du marché. Une activité qui nécessite beaucoup de main d’œuvre peu qualifiée : en perte de vitesse face à la concurrence forte des produits d’import à faible prix.

Quelques chiffres à connaître

  • En France, 33 % des textiles collectés sont recyclés, il reste 67 % : 58 % qui sont remis sur le marché (en Afrique, principalement*), 8 % servent de combustible solide de récupération, 0,6 % utilisé pour la valorisation énergétique et 0,4 % sont détruits.
  • 239 000 tonnes de vêtements, de chaussures et d’accessoires de mode sont à trier chaque année.

* Le réemploi des vêtements usagés par l’export dans l’Afrique

Des tonnes de vêtements collectés et triés sont expédiées à l’étranger et principalement en Afrique, notamment au Ghana. Ils permettent de créer des emplois locaux mais cet apport massif (des milliers de tonnes par an) est une catastrophe environnementale par une pollution sans cesse croissante… mais pas seulement, il s’agit aussi et surtout de respecter l’industrie textile locale et la dignité des individus (porter des vêtements de seconde main).

En conclusion ? Pour la planète, on achète moins mais mieux… Et on recycle le plus pour éviter le gaspillage !