Santé / Bien-être | Baisse de l'activité sexuelle avec l'âge : les causes sont plus multiples que l'on croit
Santé / Bien-être

Baisse de l'activité sexuelle avec l'âge : les causes sont plus multiples que l'on croit

Publié par Anton Kunin - le 15 juil. 2019
© © Shutterstock

Malgré une idée reçue, chez les femmes de plus de 50 ans, la baisse de l’activité sexuelle n’est pas due uniquement à la ménopause. D’autres facteurs, qui échappaient souvent aux chercheurs jusqu’ici, entrent aussi en jeu.

Passé la cinquantaine, seules 22,5% des femmes déclarent être sexuellement actives

Les femmes qui ont franchi la cinquantaine le savent : cette période de la vie rime avec sécheresse vaginale et relations sexuelles douloureuses. Mais si les femmes font peu l’amour passé la cinquantaine, c’est aussi pour d’autres raisons. Lors d’une étude réalisée par la professeure Helena Harder de l’Université de Sussex auprès de 4.418 femmes âgées de 50 à 74 ans, seules 22,5% ont déclaré être sexuellement actives.

Quant au reste, 44,8% ont déclaré ne pas avoir de relations sexuelles parce qu’elles n’avaient pas de partenaire tout simplement. 28,2% des femmes sexuellement inactives étaient veuves et ont déclaré soit qu’elles avaient des difficultés à rencontrer d’autres hommes, soit qu’elles avaient perdu leur intérêt pour le sexe après le décès de leur mari, soit qu’elles ne se voyaient pas avoir des relations sexuelles avec un autre homme.

Même après 50 ans, les problèmes sexuels ne sont pas une fatalité

Quant aux femmes dont le mari était toujours en vie, mais qui avaient cessé leurs relations sexuelles, 30% ont déclaré qu’elles n’étaient pas intéressées par le sexe, 23% que la santé de leur mari ne lui permettait pas d’avoir des relations sexuelles, 21% que celui-ci n’était pas intéressé par le sexe, 11,2% ont déclaré avoir elles-mêmes un problème de santé rendant impossible l’activité sexuelle, 9% ont évoqué la fatigue et 7,6% la fatigue de leur partenaire.

L’étude nous apprend par ailleurs que seuls 6% des femmes âgées de 50 à 74 ans ont sollicité leur médecin pour un problème d’ordre sexuel. Selon Helena Harder, les femmes sont toujours nombreuses à ne pas savoir que des solutions médicales existent pour pallier les problèmes qui commencent à toucher l’appareil sexuel avec l’âge, tandis que d’autres croient à tort que ces thérapies médicamenteuses ont forcément des effets secondaires.

À lire aussi : Faire l’amour maintient le cerveau des plus de 50 ans en bonne santé