Santé / Bien-être | Le « burn-out des Millennials », ce nouveau fléau
Santé / Bien-être

Le « burn-out des Millennials », ce nouveau fléau

Publié par Anton Kunin - le 18 janv. 2019
© © Shutterstock

On a l’habitude d’entendre parler du burn-out qui résulte d’un travail émotionnellement épuisant. Et si ce phénomène était tout simplement le propre d’une génération, les Millennials ?

Les Millennials, la « génération burn-out » ?

Ne plus avoir l’envie ou l’énergie d'accomplir les actes du quotidien par épuisement émotionnel : c’est la nouvelle définition du burn-out que propose la journaliste Anne-Helen Petersen dans un article BuzzFeed qui a justement « fait le buzz » depuis sa parution, le 5 janvier 2019. Selon Anne-Helen Petersen, chez les « Millennials » (la génération née entre 1980 et 2000), le burn-out ne résulte pas forcément du travail mais d’une vie compliquée et pleine d’incertitudes, tout simplement. La journaliste y raconte, par exemple, comment certains jeunes Américains n’ont pas voté faute d’avoir rempli et envoyé par la poste leur formulaire d’inscription sur les listes électorales, tout simplement parce que l’idée les stressait. Parmi ses connaissances, nombreux sont ceux qui tardent à faire don de leurs livres (pourtant déjà préparés dans un coin de la pièce) à la bibliothèque tandis que d’autres tardent à prendre un rendez-vous médical…

Pour Anne-Helen Petersen, ce sentiment, chez les « Millennials », de ne pas avoir envie de faire des choses pourtant simples, résulte du fait que leur vie présente des caractéristiques communes avec le monde du travail, synonyme d’épuisement émotionnel.

Un burn-out qui n’est pas uniquement professionnel

En effet, selon les psychologues Christina Maslach et Michael P. Leiter, le burn-out professionnel est le résultat de six facteurs : une charge de travail trop importante, le manque de contrôle que le salarié a vis-à-vis de son travail, le manque de reconnaissance au travail, le manque de sentiment de communauté au sein de l’entreprise, le manque d’équité au travail et des conflits de valeurs.

Si l’on considère la vie des « Millennials » dans son ensemble, on y retrouve finalement toutes ces caractéristiques. Et pas seulement dans leur vie de bureau. Pour Anne-Helen Petersen, ce climat insatisfaisant dans lequel évoluent les « Millennials » produit sur eux le même effet que le burn-out professionnel produit sur d’autres : émotionnellement épuisés, ils n’ont plus envie de bouger pour quoi que ce soit, tout simplement.

À lire aussi : De plus en plus de jeunes attirés par la chirurgie esthétique