Actualités | Climat & prédictions : quel futur en France ?
Actualités

Climat & prédictions : quel futur en France ?

Laura J. Publié par Laura J. - le 23 mai 2022

Nous ne manquons jamais de vous tenir informé des données scientifiques relatives au climat et à son évolution sur notre site. Nous avions dans de précédents articles fait mention des derniers rapports du GIEC au sujet des conséquences globales d’un bouleversement climatique sur la planète et des solutions qui pourraient être mises en place. Cette fois, nous avons voulu nous concentrer sur la France en rassemblant ici les éléments que les scientifiques envisagent de voir émerger d’ici 2100.

Qu’attendre en métropole dans un futur proche ?

Tout un panel de spécialistes consacre des études à ce que le climat pourrait devenir dans l’Hexagone si rien n’est fait. Voici leurs résultats sur la période 2021-2050 :

  • Une hausse des températures est attendue, avec des moyennes augmentant de 0,6 à 1,3 °C. Ces changements seraient plus forts dans le sud-est avec des pics importants en été ;
  • Une augmentation importante du nombre de jours durant lesquels une vague de chaleur sera observée en été, avec là encore des résultats plus graves dans les régions du quart sud-est ;
  • Une diminution de la quantité de journées anormalement froides sur l'ensemble du territoire en hiver, surtout dans les zones du quart nord-est.

Qu’en est-il en revanche de l’horizon 2071-2100 ?

D'ici la fin du siècle, les tendances observées précédemment iraient encore en s'accentuant davantage. Il faudrait notamment se préparer aux évènements suivants :

  • Des hausses toujours plus importantes des températures moyennes.  Le scénario le plus optimiste annonce une augmentation de 0,9 °C à 1,3 °C, à condition que nous parvenions à réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre. L’option la plus inquiétante prévoit un pic de 2,6 °C à 5,3 °C en été ;
  • Dans le sud-est du territoire de la métropole, le scénario le plus alarmant prévoit des vagues de chaleur de plus en plus longues dépassant les 20 jours par an ;
  • La diminution des extrêmes froids irait en s’accentuant ;
  • Des épisodes de sécheresse plus longs, plus nombreux et plus intenses seraient à attendre dans une large partie sud du pays, mais c’est l’ensemble de l’Hexagone qui pourrait être touché ;
  • Les épisodes de précipitations extrêmes se généraliseraient sur une grande partie de la France, avec des orages violents et de fortes chutes de pluies et de neige.

Qu’en est-il de l’Outre-Mer ?

Vous vous en doutez, les DOM TOM ne seront pas épargnés. Là aussi, l’augmentation des températures sera forte et pourrait atteindre 3,5 °C, alors que les précipitations iraient en se raréfiant, tout particulièrement durant la saison sèche, générant alors de potentiels épisodes de sècheresse intense.

En fin de siècle, les précipitations ainsi que la vitesse moyenne du vent maximal observé pendant les cyclones tropicaux pourraient augmenter. Enfin, la montée des eaux toucherait davantage les zones insulaires qui perdraient ainsi une partie non négligeable du territoire et des infrastructures.

Comment ces projections sont-elles faites ?

Les experts du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) se basent sur 4 scénarios appelés trajectoires d'émissions et de concentrations de gaz à effet de serre, d'ozone et d'aérosols. Ils s’appuient aussi sur l'occupation des sols baptisés RCP pour « Representative Concentration Pathways », c’est-à-dire en français « Profils représentatifs d'évolution de concentration ».

Dans ces scénarios, ils incluent aussi les potentielles évolutions technologiques ou socioéconomiques, pour plus d’exactitude. Ainsi, en fonction des avancées de la science, de la démographie, de la vitesse de déploiement des énergies vertes, etc., plusieurs types d’évolutions climatiques sont annoncés à travers ces différents scénarios.