Santé / Bien-être | Glyphosate : suite aux analyses d'urines contaminées, 44 plaintes déposées
Santé / Bien-être

Glyphosate : suite aux analyses d'urines contaminées, 44 plaintes déposées

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 17 oct. 2018
© © Shutterstock

Suite à des analyses d'urines contaminées au glyphosate, 44 plaintes ont été déposées en Ariège. En outre, la mobilisation prend forme en Bretagne.

44 plaintes déposées contre l'utilisation du glyphosate

Quarante quatre plaintes pour « mise en danger de la vie d'autrui » ont été déposées lundi 15 octobre, au tribunal de Foix (Ariège) dans le cadre d'une campagne anti-glyphosate après des analyses d'urines contaminées par l'herbicide le plus commun, le RoundUp.

Ces plaintes rejoignent les huit autres déjà déposées en juin 2018 par des habitants de Foix, ce dossier dont la procureure s’était dessaisie au profit du pôle Santé publique du tribunal de grande instance de Paris. Lors d'analyses d’urines, les plaignants ont retrouvé en moyenne 1,43 nanogramme de glyphosate par millilitres, soit plus de 14 fois la dose autorisée dans l’eau potable. En Bretagne aussi, le mouvement est en marche avec le collectif des « Pisseurs et pisseuses involontaires de Glyphosate » qui revendique 350 volontaires. 

Monsanto condamné une première fois, aux États-Unis

Génération Futures avait aussi réalisé des analyses d'urines auprès de personnalités en 2017. Les résultats de cette étude étaient glaçants : « 100 % des échantillons analysés contenaient du glyphosate à une concentration supérieure à la valeur minimale de quantification du test », de 0,075 ng/ml, indiquait l'association dans un communiqué. En outre, dans 29 cas sur 30, la concentration de glyphosate était supérieure à la concentration maximale admissible pour un pesticide dans l'eau distribuée, qui est de 0,1 ng/ml.

Pour rappel, aux États-Unis, Monsanto a été condamné à verser 289 millions de dollars à Dewayne Johnson, premier particulier à défendre son cas dans un procès face au géant agrochimique. Atteint d'un cancer incurable, cet Américain accusait la firme d'être responsable de sa maladie. Âgé de 46 ans, il a pulvérisé du RoundUp 20 à 30 fois par an lorsqu'il travaillait comme responsable antiparasitaire pour un établissement scolaire. 

À lire aussi Des députés demandent l'interdiction du glyphosate dans l'Union européenne