Santé / Bien-être | Santé : ibuprofène et kétoprofène potentiellement dangereux
Santé / Bien-être

Santé : ibuprofène et kétoprofène potentiellement dangereux

Publié par Jean-baptiste Giraud - le 19 avr. 2019
© © Shutterstock

L'Agence du médicament confirme l'avertissement déjà lancé en 2018 : l'ibuprofène et le kétoprofène peuvent créer des complications en cas d'infection.

Automédication : évitez l'ibuprofène et le kétoprofène

Atttention aux dangers de l'automédication. Mais l'avertissement vaut aussi pour les professionnels de santé qui peuvent être tentés de prescrire de l'ibuprofène ou du kétoprofène pour diminuer ou supprimer les effets secondaires d'une infection tels que fièvre et frissons.

L'Agence du médicament vient en effet de publier un nouvel avis qui complète celui émis l'an dernier, recensant les cas de complications infectieuses chez des malades ayant pris de l'ibuprofène ou du kétoprofène. Des infections sévères, ayant conduit à des hospitalisations, ayant pu laisser des séquelles voire, parfois, ayant provoqué des décès.

Des complications graves à cause de l'ibuprofène et du kétoprofène

Ces complications infectieuses ont été observées après la prise d'ibuprofène ou de kétoprofène en automédication ou sur prescription. L'Agence du médicament, dans son rapport, précise que ce sont en particulier les infections provoquées par des streptocoques qui ont été aggravées par la prise de l'une ou l'autre molécule, parfois en parallèle de la prise d'un antibiotique.

Recommandation de l'Agence : mettre l'ibuprofène et le kétoprofène de côté et privilégier le paracétamol ; paracétamol dont les prises doivent être espacées de six heures et dont la dose totale quotidienne ne doit pas dépasser 2 grammes, le plus souvent. Dans certaines prescriptions, ibuprofène et paracétamol sont prescrits en alternance, toutes les quatre heures. Ce ne sera plus possible ou, en tout cas, ce n'est plus recommandé.

À lire aussi : La bière serait plus efficace que le paracétamol contre la douleur