Actualités | Baisse record de la production de vin français : la météo en cause
Actualités

Baisse record de la production de vin français : la météo en cause

Perrine Derobien Publié par Perrine Derobien - le 28 août 2017
récolte raisin © © Shutterstock

Nous voici arrivés à la période des vendanges. En raison de la météo, la récolte sera faible mais la qualité s’annonce très bonne cette année.

La production de vin est en baisse mais pas partout

Cette année, la météo a été particulièrement capricieuse en France : gel au Printemps suivie d’une longue période de sécheresse. Conséquence : la récolte du raison qui a commencé avec plusieurs semaines d’avance, s’annonce maigre. Selon Jérôme Despey, président du conseil spécialisé dans le vin de FranceAgrimer, « La France n'a pas connu d'aussi petites vendanges depuis 1945 ».

Bien que le ministère de l'Agriculture prévoit une récolte de 37,2 millions d'hectolitres en baisse de 18 % par rapport à 2016, tous les vignobles ne sont pas touchés de la même manière. Ainsi, ceux du Val de Loire, de la Bourgogne et de la Champagne ont été épargnés. Leur production serait même en hausse : 8 % pour le Val de Loire et 12 % pour la région Bourgogne-Beaujolais.

Pour les autres régions, en revanche, la production est particulièrement faible. Le Jura et le Bordelais seront les plus touchés, avec une récolte de raisin deux fois moins importante que d’habitude.

 

La qualité a primé sur la quantité et les prix vont augmenter

Consolation pour les viticulteurs : même si la récolte est moindre, le vin s’annonce excellent. En effet, la sécheresse a une conséquence positive sur les grappes : elle permet d’éviter les maladies liées à l’humidité comme le mildiou, qui peut faire des ravages sur les productions. Par ailleurs, cela limite l’usage des pesticides.

Pour le consommateur, il va donc falloir s’attendre a une hausse significative du prix des bouteilles, car il y en aura moins et le cru s'annonce très bon. « Il doit y avoir un rattrapage des baisses de prix constatés les années antérieures », estime Jérôme Despey.« Nous serons très vigilants là-dessus, mais ces éléments ne compenseront pas la baisse de la production », a-t-il rajouté.  

À lire aussi : Insolite : des bouteilles de vin gardées pendant un an sous l’eau