Actualités | « Dry january » : un mois pour ne pas boire d'alcool
Actualités

« Dry january » : un mois pour ne pas boire d'alcool

Sybille De-la-rocque Publié par Sybille De-la-rocque - le 8 janv. 2018
« Dry january » : un mois pour ne pas boire d'alcool

Après les fêtes, certains ressentiront peut-être le besoin de faire une cure détox. Le « dry january », ou « janvier sans alcool », pourrait vous aider à assainir votre organisme pendant un mois.

Les Britanniques inventent le « janvier sans alcool »

Après le « mois sans tabac », qui encourage les Français à tenter d’arrêter de fumer pendant le mois de novembre, voici le « dry january », autrement dit, « janvier sans alcool ». Après les fêtes, c’est le moment idéal pour tenter l’expérience d’un mois de diète, non pas pour perdre du poids, bien que cela puisse y participer, mais pour nettoyer son organisme de toute trace d’alcool.

Cet exercice vient tout droit du Royaume-Uni où chaque année, de plus en plus de personnes se lancent le défi de ne pas boire une goutte d’alcool pendant 31 jours. Selon le quotidien The Independent, qui a enquêté sur le sujet, plus de 3 millions de Britanniques participeraient à cette opération cette année.

L’alcool est à l’origine de nombreuses maladies

Interrogés sur le sujet, ces derniers y verraient de nombreux avantages, 49 % affirment perdre du poids quand 62 % dorment mieux sans boire d’alcool pendant plusieurs jours. Les avantages ne s’observent pas seulement sur la santé, puisque 79 % affirment réaliser des économies en n’achetant plus d’alcool pendant un mois.

Rappelons que la surconsommation d’alcool à long terme est à l’origine de nombreuses pathologies telles que certains cancers, notamment du foie, des voies aérodigestives et du sein, des cirrhoses, des maladies cardiovasculaires, d’effets graves et définitifs sur le développement du fœtus pendant une grossesse, et des maladies neurologiques et psychiques. Pour une consommation modérée, l’Assurance maladie recommande de ne pas dépasser,  en consommation régulière, l’équivalent de deux verres de vin par jour pour une femme et de trois verres de vin pour un homme.

À lire aussi L'alcoolorexie : cette pratique dangereuse qui s'invite dans les soirées étudiantes