Actualités | Maladie de Parkinson : plus de risques pour les agriculteurs et les viticulteurs
Actualités

Maladie de Parkinson : plus de risques pour les agriculteurs et les viticulteurs

Perrine Derobien Publié par Perrine Derobien - le 24 oct. 2017
zones viticoles © © Shutterstock

Les régions agricoles, en particulier les zones viticoles, sont plus touchées que les autres par la maladie de Parkinson. En cause : les pesticides.

Parkinson : un risque accru de 13 % pour les agriculteurs

Depuis les années 1980, plusieurs enquêtes ont soulevé l’implication des pesticides dans diverses pathologies chez des personnes exposées professionnellement à ces substances : cancers, maladies neurologiques, troubles de la reproduction… En 2013, l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) avait déjà noté « une augmentation du risque de développer une maladie de Parkinson chez les personnes exposées professionnellement aux pesticides. Un lien a pu être mis en évidence notamment lors d’une exposition aux insecticides et herbicides ».

Dans sa thèse de Santé publique et d’épidémiologie, dirigée par Alexis Elbaz, épidémiologiste à l’Inserm, Sofiane Kab vient corroborer ces observations en fournissant des chiffres alarmants : les agriculteurs ont un risque plus élevé de 13 % que le reste de la population d’être atteints de la maladie de Parkinson. Ce risque concerne aussi les personnes vivant dans une région agricole puisqu’elles ont un risque plus élevé de 8,5 % de développer cette maladie neurodégénérative.

Les zones viticoles plus touchées que les autres

Le chercheur Alexis Elbaz indiquait dans une étude de mars 2017 que « le risque serait maximal dans les territoires où la viticulture est fortement présente ». Ainsi, plus l’activité agricole est élevée plus le nombre de cas est important. L'incidence locale de la maladie de Parkinson augmenterait d’environ 10 % dans les zones viticoles.

Néanmoins, il est nécessaire de se montrer prudent dans la mesure où d'autres facteurs sont à prendre en compte, notamment l'exposition des personnes de plus de 75 ans à des pesticides dont la dangerosité a été reconnue et qui sont aujourd'hui interdits.

Lire aussi : Pesticides : 80 % des fruits en contiennent