Actualités | France : des pics de chaleur à plus de 50°C d'ici 2100
Actualités

France : des pics de chaleur à plus de 50°C d'ici 2100

Emilia Capitaine Publié par Emilia Capitaine - le 6 sept. 2017
canicule

Si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter au rythme actuel, les épisodes caniculaires risquent d’être plus intenses, fréquents et longs d’ici la fin du siècle. En certains endroits, les températures pourraient dépasser les 50°C.

Une augmentation de la fréquence, de l’intensité et de la durée des canicules

Alors que la France a connu en cet été 2017 de nombreux épisodes de canicule, ce qui en fait le deuxième été le plus chaud depuis 1900, la fréquence, l’intensité et la durée des canicules devraient augmenter d’ici la fin du siècle, avec dans certaines régions des températures qui pourront dépasser les 50°C.

Ce sont les conclusions d’une étude du Centre européen de recherche et de formation avancé en calcul scientifique (Cerfacs) basé à Toulouse, qui vient d’être publiée dans la revue Environmental Research Letters. « Il serait possible, à la fin du XXIe siècle, de vivre une canicule au moins aussi intense que celle que nous avons vécu en 2003 en termes d’anomalies de température journalière maximale, mais dans un climat futur relativement plus chaud (entre 5 °C et 6 °C en moyenne dans les dernières décennies du XXIe siècle) et plus sec », a indiqué Margot Bador, chercheuse au Climate change research center qui a participé à cette modélisation.

Des prévisions établies à partir du scénario le plus pessimiste

Pour ces projections, les scientifiques du Cerfacs se sont basés sur le scénario du pire, c’est-à-dire le scénario du « laisser-faire » du GIEC selon lequel les émissions de gaz à effet de serre continueraient à augmenter au rythme actuel.

« Mais si on s’intéresse au scénario qui a été voté lors des accords de Paris, alors le réchauffement des températures estivales moyennes serait de 2 °C en France, limitant ainsi l’ampleur des températures extrêmes », précise Margot Bador. Tout dépend donc de la volonté politique de lutter efficacement et pleinement contre le réchauffement climatique, conformément aux engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat. 

À lire aussi : Réchauffement climatique : vient-on d’atteindre un point de non-retour ?