Santé / Bien-être | Cancer : dans cet hôpital français, les malades sont opérés sous hypnose
Santé / Bien-être

Cancer : dans cet hôpital français, les malades sont opérés sous hypnose

Publié par Anton Kunin - le 22 oct. 2018
© © Shutterstock

L’anesthésie générale est difficile tant pour les malades que pour l’équipe médicale qui les prend en charge. Au CHU de la Tronche (Isère), les patientes atteintes d’un cancer du sein sont opérées sous hypnose et anesthésie locale.

L’hypnose ne remplace pas complètement l’anesthésie

L’hypnose pour mieux opérer des malades ? Cela doit vous paraître farfelu, mais cela se fait ! Comme le racontait récemment France 3, au CHU de la Tronche, près de Grenoble, cette technique est même privilégiée lorsqu’elle est possible. Son avantage : les malades n’ont pas besoin de passer par la salle de réveil et sortent le soir même. De plus, ils n’ont pas la sensation de fatigue que l’on ressent dans les heures qui suivent une opération sous anesthésie générale.

Mais si vous pensez que l’hypnose remplace complètement l’anesthésie, détrompez-vous. C’est uniquement le type d’anesthésie qui change : au lieu de procéder à l’endormissement complet du patient, une anesthésie régionale (voire locale dans certains cas) suffit largement.

Le recours à l’hypnose en chirurgie a fait l’objet d’études scientifiques

L’utilisation de l’hypnose en chirurgie intéresse la communauté scientifique et médicale depuis une décennie environ. Selon une étude réalisée en 2008 par Renée Enqvist du Département des sciences de santé au sein du Karolinska Institute à Stockholm, seules 39% des patientes ayant subi une ablation d’un sein vomissaient après l’opération, contre 68% des femmes qui étaient opérées sans hypnose. 

Selon une autre étude, réalisée par Guy H. Montgomery du Départment des sciences oncologiques de l’École de médecine du Mont Sinai (New York), les patientes passées par l’hypnose se plaignaient moins de douleur aigüe (22,5%, contre 39% de celles qui n’ont pas fait de séance d’hypnose), de nausée (6,5%, contre 25,5%), de fatigue (30%, contre 54%) et d’inconfort (23%, contre 43%). 

Vous aimerez aussi : Pour quoi pouvez-vous faire de l’hypnose ?