Actualités | Faut-il installer des péages urbains inversés à l'entrée des villes ?
Actualités

Faut-il installer des péages urbains inversés à l'entrée des villes ?

Publié par Marine Tertrais - le 8 déc. 2017

Pour éviter les bouchons aux heures de pointe et réduire les émissions de gaz à effets de serre, certaines villes au Pays-Bas ont mis en place des péages urbains inversés. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Toucher de l’argent si on laisse sa voiture au garage

Et si on rémunérait les automobilistes à l’entrée des villes pour qu’ils choisissent des transports plus respectueux de l’environnement ? Des parkings ont été installés à proximité des gares et des espaces de covoiturage, mais pour inciter davantage les automobilistes à changer leurs habitudes, on pourrait aussi leur proposer de l’argent. Ce « péage inversé » ou « péage positif » a été testé à Rotterdam, aux Pays-Bas, et il a porté ses fruits.

À Lille, certains péages de ce genre pourraient voir le jour en 2018. Les automobilistes lillois qui choisiraient d’utiliser un autre moyen de transport que leur voiture pour se rendre au travail, qui décaleraient leurs trajets en partant avant 7 heures ou après 9 heures le matin, ou encore qui décideraient de télétravailler, pourrait ainsi toucher une petite somme d’argent. Cette enveloppe serait plus incitative que réellement rémunératrice.

Un vrai succès aux Pays-Bas

« Nous voulons nous positionner comme un démonstrateur national », a fait savoir Mathieu Chassignet, chef du projet Ecobonus mobilité à la Métropole européenne de Lille (MEL), dans les colonnes de 20 minutes. Lors de la présentation de son plan pour lutter contre la congestion automobile, à Bordeaux, le maire Alain Juppé, s’est dit lui aussi intéressé par ce dispositif. À Rotterdam, il permet d’éviter près de 5 000 trajets aux heures de pointe par jour en moyenne.

Les automobilistes qui acceptent de ne pas prendre leur voiture sur les grands axes aux heures de pointe touchent 3 € par trajet évité. C’est toujours cela de gagné. À Lille, la MEL n’a pas encore décidé le montant du dédommagement pour les automobilistes, mais il devrait être de quelques euros également. Selon Mathieu Chassignet, ce dispositif pourrait permettre à ceux qui le veulent de gagner une centaine d’euros par mois. Plutôt alléchant !

Vous aimerez aussi : Test du premier bus anti-bouchon