Actualités | Pénurie d'eau potable à Mayotte : un financement urgent accordé
Actualités

Pénurie d'eau potable à Mayotte : un financement urgent accordé

Perrine Derobien Publié par Perrine Derobien - le 15 févr. 2017
pénurie d'eau potable à Mayotte © © Shutterstock

Mayotte, département français, est actuellement touchée par une sécheresse qui provoque une pénurie en eau potable. Un financement d’urgence a été mis en place pour faire face à cette situation.

Des conséquences de la sécheresse à Mayotte qui se ressentent sur la population

Tourner un robinet et y voir de l’eau s’en écouler : un geste quotidien qui semble naturel pour bon nombre d’entre nous. Pourtant, même en France l’eau peut devenir une denrée rare. À Mayotte, un des départements français situé dans l’océan Indien, l’eau est précieuse et il est nécessaire de l’économiser, en particulier pendant certaines périodes de l’année.

L’île est soumise à un climat tropical maritime qui se caractérise par deux saisons : une saison sèche, aussi appelée fraîche, qui s’étend du mois d’avril au mois de novembre et une saison des pluies qui commence en janvier et se finit en avril. Alors que la saison des pluies se caractérise par de fortes précipitations, la saison fraîche peut entrainer une sécheresse importante dont les conséquences se ressentent sur la population.

Un financement d’urgence pour aider Mayotte à faire face aux difficultés d’approvisionnement en eau

Il semblerait que cette année, à Mayotte, la saison des pluies tarde à commencer. Une absence de précipitations qui nuit à la production en eau potable de l’île pour qui les ressources superficielles « proviennent des eaux de surface des rivières et des retenues collinaires de Combani (1,5 Mm3) et de Dzoumogné », soit « 80 % des ressources de la production » selon la SMAE (Mahoraise des Eaux). Même si les forages et le dessalement de l’eau de mer sont d’autres solutions pour obtenir de l’eau potable, celles-ci ne sont pas suffisantes puisqu’elles ne représentent respectivement que 18 % et 2 % de la production.

Début février, face à cette situation, Ericka Bareigts, la ministre de l'Outre-mer a annoncé dans un communiqué qu’il serait accordé « un financement d’urgence de 500 000 € pour répondre aux besoins des écoles mahoraises qui font face à d’importantes difficultés d’approvisionnement en eau ». Cet argent doit permettre d’acheter des citernes et des bouteilles d’eau afin que les écoles puissent accueillir leurs élèves dans de meilleures conditions. La ministre a également demandé que les crédits qui ont été augmentés « aillent, en priorité, à des projets permettant d'apporter des solutions pérennes aux enjeux d’approvisionnement en eau à Mayotte ». 

À lire aussi : Sail for Water, une initiative pas comme les autres