Actualités | Les maires se rassemblent pour que l'État entende leurs inquiétudes
Actualités

Les maires se rassemblent pour que l'État entende leurs inquiétudes

Publié par Perrine Derobien - le 21 nov. 2017

Du 21 au 23 novembre, 15 000 élus participent au 100e Congrès des maires. Ils attendent « de l’État qu’il clarifie ses intentions » sur toutes les mesures prises récemment.

L’exonération de la taxe d’habitation inquiète particulièrement les maires

La colère gronde et l’inquiétude est bien présente pour les maires des communes françaises. Du 21 au 23 novembre, ils sont près de 15 000 élus locaux réunis à l’occasion du 100e Congrès des maires au Parc des expositions de la porte de Versailles à Paris. Objectif : rencontrer le Premier ministre mardi et le président jeudi, afin de balayer leurs inquiétudes concernant la politique du Gouvernement.

 Pourquoi les maires sont-ils inquiets ? Tout simplement car ils craignent de ne plus avoir suffisamment d’argent pour faire vivre leurs communes. En effet, la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers d’ici 2020 va provoquer un sérieux manque à gagner : comment vont-ils financer des projets locaux tels que la construction d’un gymnase ou les travaux d’une école ? Par ailleurs, les autres sources d’inquiétudes sont nombreuses : 13 milliards d’économies supplémentaires imposées aux collectivités, baisse du nombre des contrats aidés, bouleversement du financement du logement social… 

 Des efforts financiers « inatteignables »

Emmanuel Macron a pourtant promis une compensation « à l’euro près » de la suppression de la taxe d’habitation. Mais les maires ne sont pas convaincus, d’autant plus qu’ils assistent à la baisse de leurs dotations depuis plusieurs années. « L’inquiétude et l’incompréhension des maires sont très fortes et la dégradation du lien de confiance avec l’État est très rapide », assure Philippe Laurent, secrétaire général de l’AMF (Association des maires de France).

Ces nouveaux efforts demandés aux communes sont « disproportionnés, injustes et inatteignables sans entraver gravement l’investissement public local », estime Philippe Laurent. Il pense que « l’effort demandé n’est pas tenable. L’État doit l’entendre ». Les maires seront-ils bientôt rassurés ? Réponse le 23 novembre, jour où Emmanuel Macron viendra clôturer le 100e Congrès de l’AMF.

À lire aussi Impôts : les réformes qui seront mises en œuvre dès 2018