Loisirs | Minute Culture : 50 nuances de bleu !
Loisirs

Minute Culture : 50 nuances de bleu !

Pauline P. Publié par Pauline P. - le 20 nov. 2022
camaieu de bleu

Longtemps le bleu a été mal perçu et mal considéré… Surprenant ? Certainement puisqu’en France, la grande majorité des personnes interrogées citent le bleu comme leur couleur préférée (sauf l’Espagne où c’est le rouge).  Essayons d’en savoir plus sur l’histoire du bleu ou plutôt des bleus.

Voyage dans le temps : le bleu mis à mal

  • Les Grecs de l’Antiquité estimaient que le bleu n’était pas une vraie couleur, seuls le blanc, le noir, le jaune et le rouge étaient perçus comme telle. En plus, les teinturiers et les peintres ne savaient pas fixer le bleu.
  • Seule l’Egypte des pharaons considérait le bleu comme la couleur de l’au-delà. Ils fabriquaient cette teinte à base de cuivre.
  • Dans la Rome antique, le bleu est la couleur des Barbares ; les Germains s’enduisaient le visage d’une poudre gris-bleu lors des combats pour effrayer leurs ennemis. Le mot « bleu » lui-même serait issu du germanique « blau ».
  • Dans la Bible, la couleur bleue est rarement évoquée, mais le saphir reste la pierre précieuse la plus estimée.
  • Ce mépris du bleu continue en Occident jusqu’au Moyen-Age, durant lequel c’est le rouge (la garance) qui a la primauté, voire signe de richesse (vêtements des prêtres, cardinaux et pape).

La revanche du bleu !

  • Au 13ème siècle, grâce à l’azurite, au cobalt et à l’indigo, les artistes parviennent à fixer le bleu… qui devient la couleur de la Vierge, représentée avec un manteau ou une robe bleus (elle habite le ciel ou sous-noir, couleur du deuil ?). Il faut savoir qu’à cette époque, les ciels étaient peints en noir ou en blanc, changement radical, avec des ciels bleus, même la mer, qui était verte, devient bleue !
  • La mode s’impose et le bleu devient une couleur aristocratique. Les teinturiers rivalisent dans l’art de trouver des nuances de bleu de plus en plus diversifiées.
  • La « guède », plante utilisée pour confectionner le bleu, est cultivée en Toscane, en Picardie ou en région toulousaine ; une véritable « manne » qui verra la richesse de provinces entières grâce à cette nouvelle industrie. On assiste à une « guerre » culturelle entre les régions qui aiment le rouge ou le bleu ! Même Calvin, lors de la Réforme protestante s’y met : pour lui, il y a des couleurs « honnêtes » (noir, brun, bleu) et des « malhonnêtes » (rouge, orange, jaune).
  • En 1720, un pharmacien allemand invente le bleu de Prusse, qui permettra aux teinturiers de varier encore les tonalités de bleu. 
  • La politique va même s’en mêler : en France le bleu devient la couleur des révoltés républicains, qui s’opposent au blanc des monarchistes…et plus tard, le bleu républicain au rouge des socialistes et des communistes.
  • Dernier épisode de notre histoire en bleu… En 1850, un tailleur de San- Francisco, lui donne ses lettres de noblesse : Levi-Strauss invente le jean.

Dernières anecdotes autour du bleu 

  • Un bémol cependant : le seul domaine où le bleu n’arrive pas à percer est la nourriture… il est vrai qu’aucun aliment est bleu !
  • Les nuances (quelques) de bleu : canard, marine, foncé, turquoise, cyan, clair, électrique…
  • Et pour terminer une citation de Verlaine : « Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir ! »