Loisirs | Trottinette électrique : le mode d’emploi
Loisirs

Trottinette électrique : le mode d’emploi

Pauline P. Publié par Pauline P. - le 7 nov. 2022
trotinette electrique

Vous êtes décidé(e) à utiliser une trottinette électrique pour vos déplacements, travail et loisirs. Pas de problème… mais avant de se « lancer », posez-vous les bonnes questions ; en effet, la gamme proposée est vaste : modèle, vitesse, batterie, coût, législation… Pour quel usage ? En route pour en faire le tour !

Vous avez dit « trottinette » (de ville, de balade) ?

Contrairement à une trottinette classique où il faut tout de même faire un effort physique, la trottinette électrique, elle, ne demande d’utiliser que la commande fixée au guidon pour avancer. Son fonctionnement est simple : un moteur, situé dans une roue ou sous le plateau (alimenté par une batterie) et la vitesse contrôlée par une gâchette sur la partie droite du guidon.

On rappelle que les trottinettes électriques sont assimilées à des engins personnels motorisés (EDP) ou à des nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) donc leur utilisation implique de suivre certaines règles inhérentes à ces « engins ».

Les modèles commercialisés

La différence entre les trottinettes électriques repose sur plusieurs critères : les matériaux du châssis, la largeur du plateau, le type de batterie, l’encombrement du moteur, le système de freinage…

  • Le plus important, c’est le poids du modèle (et la solidité) ; de facto si la trottinette est trop lourde, en cas de panne de batterie, on vous souhaite « bon courage » pour vous déplacer !
  • Une bonne trottinette électrique offre une autonomie de 20 à 25 km ; la batterie devra être de type lithium- ion, c’est la technologie la plus fiable.

Trottinette électrique : point sur la vitesse 

La plupart des utilisateurs désirent un « engin » rapide. On n’oublie pas que la vitesse des trottinettes électriques est limitée à 25 km/h… et oui ! Parfois, vous pouvez croiser des engins roulant à 40 km/h, voire plus (80km/h), dites-vous que le conducteur est « hors-la-loi » ! En dépassant les 25 km/h, la trottinette est considérée comme un cyclomoteur, donc, par conséquent, elle doit être immatriculée, assurée comme un deux roues, utilisée avec un casque et l’utilisateur doit respecter le code de la route.

La réglementation autour des trottinettes électriques

Les EDP et NVEI sont considérées comme des véhicules terrestres à moteur et doivent respecter la réglementation en cours : 

  • Avoir 12 ans (pour le conducteur) et une assurance en Responsabilité Civile Automobile, 
  • Ne pas transporter de passager, 
  • Rouler à une vitesse de 25 km/h maximum, 
  • Ne pas circuler sur les trottoirs et hors agglomération, 
  • Emprunter les pistes cyclables et voies vertes 
  • Oublier les écouteurs sur les oreilles, de nuit/ ou de jour (en cas de mauvaise visibilité) 
  • Porter un vêtement ou un équipement réfléchissant (gilet ou brassard), 
  • Etre équipée de feux avant et arrière (et de catadioptres), d’un frein et d’un avertisseur sonore… le port du casque étant fortement recommandé !

Les sanctions : 

  • 35 euros si non-respect des règles de circulation, 
  • 135 euros si vous roulez sur les trottoirs, 
  • 1500 euros pour les modèles (il en existe) à plus de 25 km/h sans immatriculation (sans carte grise) et assurance.*

Acheter une trottinette électrique : quels prix ? 

En fonction des équipements, du poids, de l’autonomie, du moteur, de la transmission, des éléments de confort (pneus, plateau, garde-boue, éclairage…), les prix sont très variables : de 250 à 1400 euros, voire beaucoup plus. Le rapport qualité/prix dépendra en premier lieu de l’usage que l’on décide de faire avec sa trottinette électrique.

* L’assurance RC est obligatoire mais il est conseillé de souscrire une assurance vol/ incendie et dommages… pour être plus serein(e) !

Bonne route, bien équipé(e) et bien informé(e) !