Actualités | Cette petite Australienne de 5 ans sera bientôt ménopausée
Actualités

Cette petite Australienne de 5 ans sera bientôt ménopausée

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 13 oct. 2017
© © Shutterstock

 

Emily Dover, 5 ans, souffre de la maladie d'Addison qui se manifeste notamment par une puberté précoce. Son traitement va entraîner une ménopause.

Des seins à 2 ans et de premières règles à 4 ans

Emily Dover, âgée de 5 ans seulement, va être très prochainement ménopausée. Cette petite Australienne de Gosford est en effet atteinte d'une maladie rare, celle d'Addison qui se manifeste notamment par une puberté précoce. Ainsi, la petite Emily a eu de la poitrine à 2 ans et ses premières règles, à 4 ans. Et les médecins qui suivent la fillette atteinte de pathologies multiples, vont lui administrer un traitement destiné à corriger le déséquilibre hormonal dont elle souffre. Avec pour conséquence, l'arrivée de la ménopause beaucoup plus tôt que la normale.

Le journal anglais The Mirror a recueilli le témoignage de sa maman. Elle raconte comment Emily a connu ses premières poussées d’acné et a vu ses seins se former dès l’âge de 2 ans. Deux ans plus tard, des poils ont poussé sur tout son petit corps, ses bras, son dos et son sexe. En outre, la fillette est beaucoup plus grande que les enfants de son âge. Et ce phénomène a débuté très tôt puisque à l'âge de quatre semaines, elle a grandi de 4 centimètres en à peine sept jours.

Un traitement très coûteux : 1 230 euros par piqûre

Pire pour elle, Emily est tout à fait consciente de ces manifestations mais, comme elle n'en comprend pas les causes, la petite Australienne est très perturbée. Pour Tam Dover, sa maman, la situation est également difficile. Elle regrette : « Elle n’a jamais eu la possibilité d’être une petite fille ». Malheureusement pour Emily, elle est aussi atteinte de problèmes sensoriels, d’anxiété, de troubles du spectre de l’autisme et d’insuffisance surrénalienne. Des symptômes tous liés à la maladie d'Addison.

Le traitement qu'elle reçoit, par injections, va lui permettre d'améliorer son état. Mais il a un coût très élevé. Chaque piqûre coûte ainsi environ 1 230 €. Les parents de la fillette ont lancé une campagne de financement participatif en ligne pour leur permettre de soigner leur fille. La famille a vu cette initiative récompensée par la générosité puisque l'objectif fixé a été dépassé en moins de deux semaines.

À lire aussi : La maladie d'Addison