Actualités | Faut-il s'attendre à des coupures électriques cet hiver ?
Actualités

Faut-il s'attendre à des coupures électriques cet hiver ?

Publié par Sybille De-la-rocque - le 16 nov. 2017

Les élus du Comité central d’entreprise d’EDF affirment que la France pourrait subir des coupures d’électricité cet hiver. Les ressources en énergie mobilisables aux heures de pointe ne seraient pas assez nombreuses.

La France au bord de la coupure électrique ?

La France n’est pas à l’abri de coupures d’électricité cet hiver. Les élus du Comité central d’entreprise d’EDF se sont publiquement inquiétés, mercredi 15 novembre, du peu de ressources dont disposait le pays si survenait une vague de froid un peu plus importante que d’ordinaire.

Leur inquiétude est portée par un souvenir, celui du 25 janvier 2017, à 19 heures. Ce jour-là, expliquent les membres de l’organisme dans un communiqué, « nous sommes passés à un cheveu d’enclencher la mesure d’interruptibilité », alors même que les températures n’étaient pas aussi basses qu’elles auraient pu l’être. Et pourtant, malgré le recours à toutes les ressources d’énergie utilisables à cette heure précise, le système électrique français n’avait plus que 1 000 MW de marge, « soit 1 % de sa capacité de production mobilisable », détaillent les élus du CCE.

EDF craint le pire pour les hivers à venir

Parmi ces ressources, le CCE détaille que « le nucléaire a fourni 61 % de la demande, l’hydraulique 13 %, le gaz 10 %, le fioul 5 %, le charbon 3 %, l’éolien 1,5 %, le photovoltaïque 0 % (à 19 heures, en hiver, il fait nuit), les bioénergies 1 % et l’importation 5,5 % ». Or, depuis l’année dernière, EDF a fermé plusieurs centrales thermiques au fioul et c’est ce détail qui pourrait conduire RTE, le Réseau de transport d’électricité, à « prendre des mesures exceptionnelles, allant jusqu’à des coupures programmées cet hiver ».

« Le pire est à venir pour les étés et les hivers prochains ». Les perspectives annoncées par le CCE d’entreprises sont peu optimistes, celles de RTE le sont davantage puisque l’organisme a assuré que cet hiver, davantage de réacteurs nucléaires devraient fonctionner simultanément, lorsque l’année dernière, neuf, en moyenne, étaient à l’arrêt durant les mois de janvier et de février.

À lire aussi Quel a été l’hiver le plus froid de France ?