Actualités | Levothyrox : 1 500 cas d'effets indésirables graves signalés en deux mois
Actualités

Levothyrox : 1 500 cas d'effets indésirables graves signalés en deux mois

Emilia Capitaine Publié par Emilia Capitaine - le 6 sept. 2017
nouvelle formule du Levothyrox

Depuis que la nouvelle formule du Levothyrox est appliquée, de nombreux effets indésirables, parfois graves, ont été signalés. Certains patients indiquent ainsi souffrir de vertiges avec chute ou encore de troubles du rythme cardiaque.  

1 500 cas d’effets indésirables graves depuis le début de l’été  

Depuis que la nouvelle formule du Levothyrox, un médicament utilisé par les personnes souffrant de problèmes de thyroïde, est appliquée, de nombreux effets secondaires ont été signalés. Il s’agit principalement de crampes musculaires, de diarrhées et de maux de têtes, mais aussi d’effets indésirables plus inquiétants tels que des vertiges avec chute et des troubles du rythme cardiaque.

Ces effets secondaires peuvent être signalés sur une plateforme mise en place au printemps dernier par le gouvernement. D’après une information du Figaro, en deux mois, 1 500 cas d’effets indésirables graves ont été enregistrés. Et depuis que la nouvelle formule est entrée en vigueur, il y a cinq mois en mars 2017, le nombre de signalements a explosé, si bien que les centres de pharmacovigilance sont dépassés et peinent à gérer et reporter l’afflux de déclarations.

Un nouvel excipient mal toléré

La formule du Levothyrox a été modifiée à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Le principe actif n’a pas été modifié, mais l’excipient principal, c’est-à-dire la substance qui permet d’obtenir certaines caractéristiques (couleur, consistance), a été revu afin de supprimer le lactose du Levothyrox. Désormais, le médicament contient de l’acide citrique et du mannitol.

Un changement de formule qui visait, selon l’ANSM, à « garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active (lévothyroxine) tout le long de la durée de conservation du médicament », sans altérer « ni la quantité de substance active qui passe dans le sang, ni la vitesse à laquelle elle atteint l’organe cible ». Et pourtant, depuis que la nouvelle formule est utilisée, de nombreux effets secondaires ont été signalés. Une situation qui pourrait être liée au fait que le nouvel excipient modifie la façon dont le corps absorbe le principe actif.  

À lire aussi : Que deviennent les médicaments non-utilisés ?