Retour X
Écologie | La migration saisonnière des oiseaux : mystère et boule de plumes !
Écologie

La migration saisonnière des oiseaux : mystère et boule de plumes !

Proposé par Pauline Picquette - le 21 nov. 2020

Nous avons toutes et tous dans la tête (ou plutôt dans les yeux), l’image classique de ces dizaines d’oies qui s’envolent en automne vers le sud dans des volées impressionnantes en forme de V. La migration annuelle des oiseaux à grande échelle entre les lieux de reproduction (l’été) et les aires hivernales (dans le sud de l’Europe et l’Afrique) constitue un phénomène naturel récurrent depuis toujours, mais aussi un mystère... Essayons d’en comprendre les mécanismes.

Pourquoi les oiseaux migrent-ils chaque année ?

La raison essentielle est la nourriture : les oiseaux migrent pour rejoindre les zones où les ressources alimentaires seront plus abondantes.

Le deuxième facteur de départ est le lieu de nidification. Les « volatiles » de l’hémisphère Nord remontent vers le nord au printemps pour profiter du réveil de la nature, des populations d’insectes en plein essor, des plantes en bourgeons et de lieux propices à la nidification. Ils seront suivis par les oiseaux migrateurs partis plus loin dans les pays chauds.

Quand surviennent les premiers froids et donc la baisse d’insectes et autres aliments, les oiseaux se déplacent vers le sud à la recherche de nourriture. Le froid est un facteur de motivation pour partir… néanmoins tous les oiseaux ne le craignent pas, certains s’en accommodent, s’ils trouvent suffisamment de nourriture, alors ils se sédentarisent.

Quels sont les types de migration ?

Il existe différentes façons de concevoir la migration selon les distances :

  • Les oiseaux migrants sur de courtes distances, qui ne parcourent que quelques kms.
  • Ceux qui se déplacent d’une région à une autre à moyenne distance.
  • Enfin, les oiseaux migrateurs de longues distances, des centaines voire des milliers de kms, qui quittent les aires de reproduction au nord pour se rendre au sud, survolant les terres et les mers.

A contrario, les sédentaires (ou résidents permanents) restent sur place toute l’année, trouvant assez de petits insectes, graines et autres aliments.

Comment se repèrent-ils ?

Année après année, ces oiseaux parcourent des milliers de kms pendant leurs déplacements « à tire d’ailes ». Ils s’écartent peu de leur trajectoire, même les jeunes oiseaux le font sans se perdre !

Quels sont les secrets de cette étonnante migration ?

C’est la combinaison de plusieurs sens qui leur indiquent la route à suivre, des informations du soleil et des étoiles, et de leur boussole interne en détectant le champ magnétique de la terre et des repères sur la position du soleil couchant et des points de position pendant la journée. 

Quels sont les mécanismes qui provoquent la migration ?

Les comportements migratoires ne sont, à ce jour, pas toujours bien compris ; ils varient en fonction de la durée du jour, des températures plus basses, des changements alimentaires et d’une prédisposition génétique. Le phénomène migratoire est très compliqué : une même population d’oiseaux d’une même espèce peut suivre des voies migratoires différentes.

Quelles sont les embûches dans la migration ?

Le voyage migratoire de plusieurs milliers de kms n’est pas de tout repos : c’est une aventure dangereuse et exténuante. L’effort physique et mental des oiseaux demande des capacités remarquables ; s’ajoutent le stress, le manque de nourriture, le mauvais temps, les prédateurs (les chasseurs par exemple), sans oublier tous les obstacles construits par l’homme (les tours de communication, les immeubles de plus en plus hauts, les éoliennes, les lumières des villes en haut des bâtiments, etc). La menace est croissante !

Quizz : quelles sont ces espèces de chez nous qui migrent ?

A vous de les identifier ! Quels sont les oiseaux migrateurs ?

  1. l’hirondelle rustique,
  2. le martinet noir,
  3. la bergeronnette printanière,
  4. le rouge-gorge,
  5. la mésange,
  6. le vanneau huppé,
  7. le flamant rose,
  8. le verdier d’Europe,
  9. la tourterelle turque,
  10. la cigogne noire,
  11. l’oie rieuse,
  12. l’étourneau sansonne,
  13. la sarcelle,
  14. le martinet noir,
  15. le héron cendré.

Réponses : les 4-5-8-9-12 sont sédentaires, les autres migrateurs.