Actualités | Défense des animaux : une exposition scandalise New York
Actualités

Défense des animaux : une exposition scandalise New York

Publié par Sybille De-la-rocque - le 25 sept. 2017

Des chiens entraînés à se battre, des insectes observés alors qu’ils se dévorent, la toute dernière exposition du musée Guggenheim, à New York, fait couler beaucoup d’encre depuis son ouverture.

Le musée Guggenheim abrite une exposition polémique

Le musée Guggenheim est sous le feu des critiques. Sa dernière exposition consacrée à l’art chinois et qui réunit 70 artistes, a fait bondir les défenseurs des animaux qui se sont indignés devant plusieurs œuvres jugées choquantes et qui ont lancé une pétition sur Internet pour interpeller les responsables du musée.

Parmi ces œuvres, « Dogs That Cannot Touch Each Other », (« Chiens qui ne peuvent pas se toucher ») a particulièrement suscité l’indignation. On y voit deux chiens, installés sur des tapis roulants, et qui se font face. Dans cette vidéo de 7 minutes, ils cherchent à se battre sans jamais pouvoir s’atteindre, rappelant ainsi une technique très utilisée dans le dressage des chiens de combats.

Les défenseurs des animaux lancent une pétition sur Internet

Une seconde œuvre a également été remarquée par les défenseurs des animaux. Cette dernière consiste en une sorte d’arène dans laquelle sont réunis plusieurs insectes de différentes espèces, que l’on peut observer vivre ensemble pendant toute la durée de l’exposition. Et pendant ces trois mois, de nombreux finissent par mourir de fatigue ou mangés par des insectes plus gros qu’eux.

Face à cette polémique, le musée Guggenheim a réagi, via un communiqué, affirmant que malgré les critiques, ces œuvres volontairement choquantes resteraient en place. « Les conservateurs de l’exposition espèrent que les spectateurs comprendront pourquoi les artistes l’ont faite, et ce qu’ils peuvent dénoncer à propos des conditions sociales de la mondialisation et de la nature complexe du monde que nous partageons », a répondu le musée à ses détracteurs.

À lire aussi Le scandale des renards gavés pour leur fourrure