Santé / Bien-être | L'obligation des 11 vaccins en vigueur en janvier 2018
Santé / Bien-être

L'obligation des 11 vaccins en vigueur en janvier 2018

Paolo Garoscio Publié par Paolo Garoscio - le 31 août 2017
vaccination-obligatoire-france-enfants-sante © © Shutterstock

L’affaire n’a pas manqué de créer son lot de polémiques entre les Français qui sont pour et ceux qui sont contre la vaccination obligatoire. Sans compter la multiplication des fausses informations sur Internet concernant la dangerosité des vaccins. Mais le gouvernement n’aura pas fléchi malgré la protestation : la réforme sur la vaccination des enfants aura bien lieu a confirmé la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

11 vaccins rendus obligatoires pour les enfants

Interrogée sur la question de la réforme de la vaccination obligatoire pour les enfants français sur Cnews le 31 août 2017, la ministre de la Santé a clos le débat : la réforme aura bien lieu. La nouvelle réglementation entrera en vigueur en janvier 2018 et sera obligatoire pour tous les enfants scolarisés en France.

La réforme va faire passer de 3 à 11 le nombre de vaccins obligatoires pour les enfants. Les 8 vaccins ajoutés sont tout simplement les 8 vaccins qui étaient conseillés mais n’étaient pas encore obligatoires. Il s’agit des vaccins contre : la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque, le méningocoque C.

Les trois autres vaccins, déjà obligatoires, sont ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliométlyte.

Un temps d’adaptation pour les familles

Si l’obligation entrera bien en vigueur en janvier 2018, la ministre s’est voulue rassurante : les familles n’auront pas à faire vacciner les enfants dans l’urgence. Le but est surtout de vacciner les 15 % d’enfants en France qui ne le sont pas et qui « favorisent la réémergence d’épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd’hui » a déclaré la ministre sur Cnews.

Toutefois, la réforme garde un côté coercitif : des parents qui ne font pas vacciner leurs enfants risquent une amende pouvant atteindre 3 750 euros et 6 mois de prison ferme.

À lire aussi : Flambée inquiétante de l’épidémie de rougeole en Europe