Actualités | Les forêts boréales en passe d'être détruites pour fabriquer des mouchoirs
Actualités

Les forêts boréales en passe d'être détruites pour fabriquer des mouchoirs

Publié par Marine Tertrais - le 28 sept. 2017

Dans un rapport qu’elle vient de publier, l’ONG Greenpeace dénonce la destruction des forêts boréales par les industriels des mouchoirs en papier.

Une exploitation qui détruit les forêts

Les forêts scandinaves seraient-elles en danger ? C’est ce que semble penser Greenpeace qui a rédigé un long rapport sur la question. Selon l’ONG, ces forêts seraient très mal exploitées. Des industriels, à l’instar d’Essity, le leader européen de l’hygiène (mouchoirs Lotus, essuie-tout Okay ou encore serviettes hygiéniques ou tampons Nana) s'approvisionnent, en Suède, auprès de la SCA qui détruit des forêts pour répondre à la demande toujours croissante.

SCA « prélève des arbres dans des forêts clés identifiées par le gouvernement suédois comme ayant une grande valeur écologique », dénonce Greenpeace. « Essity est ainsi directement impliquée dans la destruction de paysages forestiers ». Près de 835 000 hectares de forêts seraient ainsi menacés en Suède mais également en Finlande et en Russie. L’ONG demande donc à Essity d’avoir un comportement exemplaire.  

Pour un comportement plus responsable

Pour avoir une meilleure réputation, l’entreprise est invitée à être plus vigilante sur la manière dont se comportent les entreprises d’approvisionnement avec qui elle travaille. SCA se défend en expliquant qu’elle replante des espèces de pin, mais ces espèces seraient invasives et mettraient en péril l’écosystème fragile de ces zones. En Finlande et en Russie aussi, Essity s’approvisionne auprès de sociétés qui ne sont pas plus respectueuses de l’environnement.

« L’entreprise doit suspendre ses liens avec les fournisseurs qui détruisent les forêts boréales et ne respectent pas les droits des communautés autochtones », indique Greenpeace. Pour rappel, les forêts boréales représentent un tiers de l'ensemble des forêts du globe. Leur préservation est donc capitale pourtant moins de 3 % de cette forêt est actuellement protégée. 

À lire aussi : Greenpeace demande à l’Europe d’interdire les pesticides pour les abeilles