Santé / Bien-être | Pénurie de médicaments : 1 Français sur 4 serait concerné
Santé / Bien-être

Pénurie de médicaments : 1 Français sur 4 serait concerné

Publié par M6 météo - le 18 janv. 2019
© © Shutterstock

Une récente enquête alerte sur la difficulté d’accès des Français à certains vaccins et médicaments : 1 Français sur 4 aurait déjà été concerné par une pénurie de médicaments.

25% des Français se sont vu refuser la délivrance d’un vaccin ou d’un médicament

Dans un communiqué publié le 17 janvier dernier, l’organisme France Assos Santé, représentant 80 associations nationales militant pour les droits des patients et des usagers, donne les résultats d’une enquête menée par l’institut BVA auprès d’un échantillon de 955 personnes représentatives de la population française. Selon les chiffres publiés, 25% des répondants se sont en effet vu refuser la délivrance d’un médicament ou, dans plus d’un cas sur trois (36%), d’un vaccin.

Autre chiffre très inquiétant, 45% des personnes confrontées à ces pénuries ont été contraintes de reporter leur traitement, de le modifier voire de l’arrêter complètement. « Au-delà du risque évident pour la santé individuelle des personnes, ces pénuries de vaccins constituent une menace potentielle pour la santé publique », alerte Alain-Michel Ceretti, président de France Assos Santé.

Des conséquences inquiétantes sur la santé des Français

Et les conséquences de ces pénuries de médicaments sur la santé des Français, sont très préoccupantes : il ressort de l’étude que pour 14% d’entre eux, les symptômes de leur maladie ont augmenté ; 4% des sondés ont constaté des erreurs dans la prise de médicaments de substitution et, pour 4% des personnes interrogées, l'hospitalisation a même été nécessaire

Mais à qui la faute ? Pour plus de la moitié des Français interrogés (56%), les industriels du médicament sont les principaux responsables : ils privilégieraient selon eux la production de certains médicaments ou vaccins au détriment d’autres. C’est aussi l’avis de France Assos Santé qui réclame une information claire et transparente sur les causes de ces ruptures, sur les plans de gestion des pénuries ainsi que sur les sanctions imposées en cas de manquement aux obligations de notification et de mise en œuvre de ces plans.

À lire aussi : De plus en plus de Français gravement malades d’ici 2020