Santé / Bien-être | Pourquoi tombe-t-on plus facilement malade en hiver ?
Santé / Bien-être

Pourquoi tombe-t-on plus facilement malade en hiver ?

Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 12 déc. 2018
© © Shutterstock

Les températures se mettent à chuter et notre corps, très sensible à ces variations, n'échappera pas aux nombreux virus et infections. Mais des précautions simples permettent d'éviter rhume et bronchite.

Une bonne gestion du stress aiderait à se prémunir des maladies

Alors que le mois de décembre est synonyme de fêtes, il est aussi une période de stress : dossiers à boucler avant la fin de l'année, repas à préparer et cadeaux à acheter. Et il est associé aux maladies telles que le rhume, la bronchite ou la grippe. Mais Sarah Cook, médecin-chef au centre Integra de Toronto interrogée par le Huff Post Canada, délivre des conseils pour s'en prémunir, à commencer par une bonne gestion de son stress.  

Le Dr Cook détaille les raisons pour lesquelles nous sommes plus facilement malade à cette période de l'année : « À force de ne pas prendre soin de nous, nous sommes en manque de sommeil, pas suffisamment hydratés et nous ne mangeons pas équilibré. Notre système immunitaire étant fragilisé, nous sommes plus sujets aux infections. »

La promiscuité au travail, autre moyen de véhiculer la maladie

Bien sûr, le froid n'est pas étranger à ces maladies, mais le premier réflexe qui consiste à allumer le radiateur et rester confiné dans des espaces clos et mal aérés n'est pas le bon. En outre, la promiscuité, notamment dans de nombreux espaces professionnels, favorise la transmission des virus d'un corps à un autre. Lorsqu'une personne tombe malade, ses collègues ont ainsi de grandes chances d'être contaminés à leur tour. 

Enfin, dernier conseil indispensable pour éviter de nombreuses maladies, et ce, tout au long de l'année. Il faut se laver les mains : 80 % des bactéries et virus se transmettent par les mains. Mais il ne faut pas oublier l'hygiène bucco-dentaire : une inflammation de la bouche fragilise les vaisseaux sanguins. Au final, le corps devient plus sensible face aux virus qui traînent. 

À lire aussi Rhume, grippe, gastro : soigner naturellement les maux de l’hiver