Santé / Bien-être | Le selfitis, l'obsession à prendre des selfies, est reconnue comme une maladie
Santé / Bien-être

Le selfitis, l'obsession à prendre des selfies, est reconnue comme une maladie

Marie-eve Wilson-jamin Publié par Marie-eve Wilson-jamin - le 20 déc. 2017
En 2017, 30 personnes sont mortes en prenant un selfie. © © Shutterstock

Désormais, être obsédé par les selfies est considéré comme une maladie mentale : le « selfitis ». 

Le selfitis, a provoqué la mort de 30 personnes en 2017

Selon une étude publiée dans l'International Journal of Mental Health and Addiction, être obsédé par les selfies est désormais considéré comme une maladie : le « selfitis ». Ce terme a été inventé en 2014 pour désigner une dépendance élevée à la prise de photo de soi-même, phénomène qui s'est répandu avec la prolifération des smartphones. Cette maladie a été définie dans une étude très sérieuse.

Des chercheurs de l’université de Nottingham Trent au Royaume-Uni et la Thiagarajar School of Management en Inde ont ainsi analysé l’état d’esprit de 400 personnes en Inde, pays où l'on compte le plus de décès lié à un selfie. En 2017, 14 personnes y ont ainsi trouvé la mort en prenant une photo d’eux-mêmes sur les 30 décès dans le monde entier. Pour parvenir à leurs résultats, les chercheurs ont analysé les facteurs qui sont susceptibles d’entraîner l’addiction au selfie

Trois degrés d’addiction au selfie

Les candidats devaient choisir parmi une vingtaine de phrases et les noter de 1 à 5 selon leur pertinence. Les scientifiques ont ainsi déterminé trois degrés d’addiction différents : à risque (prendre des photos de soi-même au moins trois fois par jour sans les poster sur les réseaux), sévère (prendre des selfies moins de trois fois par jour et systématiquement les publier sur un réseau social) et chronique (une envie incontrôlable de prendre des photos de soi-même toute la journée, et les poster ensuite sur les réseaux plus de six fois par jour).

Le chercheur Janarthanan Balakrishnan a expliqué ce phénomène au journal britannique The Independent : « Typiquement, les personnes qui souffrent de cette condition ont très peu confiance en elles et essayent de s’intégrer à leurs pairs. Elles peuvent manifester des symptômes similaires à d’autres comportements potentiellement addictifs ». Le selfitis, ou narcissisme en ligne, est donc, selon ces chercheurs, une maladie mentale.

À lire aussi 36 422 selfies plus tard, la NASA recrée la Terre !