Santé / Bien-être | Les traitements hormonaux contre la ménopause augmentent le cancer du sein
Santé / Bien-être

Les traitements hormonaux contre la ménopause augmentent le cancer du sein

Publié par Perrine Derobien - le 2 sept. 2019

Une étude réalisée par des scientifiques britanniques confirme que les traitements hormonaux de substitution contre la ménopause augmentent le cancer du sein. Explications.

Cancer du sein : les traitements hormonaux augmentent le risque

La ménopause est un passage obligé pour les femmes qui approchent la cinquantaine. Bien que naturel, ce processus biologique n’est pas sans conséquences désagréables : prise de poids, sécheresse vaginale, bouffée de chaleurs, etc. Pour lutter contre ces désagréments, certaines femmes prennent un traitement hormonal. Mais, selon des chercheurs, ce médicament augmenterait le risque de cancer du sein.

Pour en arriver à ces conclusions, des scientifiques britanniques ont mené une vaste enquête auprès de plus de 100.000 femmes ménopausées ayant subi un cancer du sein et dont la moitié avaient pris un traitement hormonal de substitution (THS). Ils ont aussi analysé une cinquantaine d’études réalisées de 1992 à 2018. C’est en croisant toutes ces données qu’ils sont parvenus à confirmer que le THS augmentait le risque de cancer du sein.

Les traitements par voie orale concernés 

Publiée le 29 août 2019 dans la revue The Lancet, l’étude confirme l’effet négatif des traitements hormonaux de la ménopause. Plus précisément, elle révèle que ce sont les médicaments par voie orale qui augmentent le risque de cancer du sein ; les traitements locaux ne sont quant à eux pas concernés.

Cette enquête dévoile des chiffres clés assez alarmants : « 1 femme sur 50 de poids moyen et prenant la forme la plus courante de THS (œstrogènes et progestatif quotidiens combinés) pendant cinq ans, aura un cancer du sein », lit-on dans les colonnes de Santé Magazine. Par ailleurs, il existe une différence de 2% entre le taux de risque de cancer du sein des femmes ménopausées ne prenant pas de THS (6,3%) et celles qui sont sous hormonothérapie (8,3%). Une raison supplémentaire pour encourager les femmes entre 50 et 74 ans, sous THS ou non, à réaliser une mammographie de dépistage. Lorsque le cancer du sein est détecté tôt, la guérison est assurée dans 9 cas sur 10.

À lire aussi : Tous les symptômes de la ménopause