Retour X
Écologie | La faune de nos montagnes : 10 animaux sauvages à observer
Écologie

La faune de nos montagnes : 10 animaux sauvages à observer

Proposé par Pauline Picquette - le 14 févr. 2021

La montagne n’est pas seulement synonyme de sports d’hiver... C’est d’abord un écosystème, riche en biodiversité, à la faune particulière, endémique et emblématique de nos montagnes. Pour apercevoir, de près ou de loin, ces animaux sauvages, il faut faire preuve de patience, de silence et bénéficier d’une bonne météo… et encore ! Voici 10 animaux que l’on pourrait croiser au détour d’un chemin forestier, voire sur le flanc d’une ravine ou dans un pré, lors d’une randonnée.

1. La marmotte

On la connaît bien et on aime ce petit rongeur ! On aperçoit la marmotte l’été, très active et prudente, à l’affût du danger ; on entend son sifflement parfois également. Ce mammifère herbivore mesure environ 70 cm pour un poids de 2,5 à 4 kg. L’hiver, elle hiberne entre 1 200 et 2 700 mètres. Longtemps chassée (chair et viande), la marmotte repeuple nos montagnes… bien dérangée par les  touristes.

2. Le renard roux

A la fonte des neiges, Maître Goupil monte jusqu’à 2 500 mètres pour trouver sa nourriture : au printemps, rats et mulots, l’été, marmottes au menu, à l’automne, il passe végétarien et enfin, l’hiver, il devient nécrophage en dévorant cadavres de chamois et autres ruminants.

3. Le chamois

Le mammifère emblématique des Alpes ! 85 cm au garrot pour une cinquantaine de kilos, cet agile herbivore peut vivre jusqu’à 3 000 mètres d’altitude. De la famille des antilopes, grâce à ses pattes arrières, il bondit à plus de 5 mètres, c’est peut dire !

4. Le chocard

Ou le corbeau des montagnes. Il plane, se jouant des mouvements d’air, souvent face aux parois abruptes des massifs. Plumage noir, bec jaune et pattes rouges, le chocard est un acrobate hors-pair. Ce passereau aime à se régaler des miettes de casse-croûtes des randonneurs, complément aux fruits et petits invertébrés dont il se nourrit habituellement. On ne le confond pas avec son cousin, le choucas qui vit en plaine.

5. La perdrix des neiges

Ce lagopède vit et vole en haut des montagnes : le volatile a su s’adapter aux périodes de grand froid (elle a même des plumes sur les pattes). L’hiver, son plumage s’éclaircit, du brun au blanc, pour mieux se dissimuler dans la neige.

6. Le bouquetin

Ou la chèvre sauvage. Un mètre au garrot, ce mammifère ruminant (de la famille des bovidés) aime à rester en altitude entre 2500 et 3000 mètres. On peut les approcher jusqu’à 20 mètres… pas vraiment craintif !

7. Le grand Tétras

Ou le coq de Bruyères. Il aime les profondes forêts de montagne jusque 2 200 mètres d’altitude : Jura, Vosges, Pyrénées et Alpes. Surprenez-le au printemps, lors de la saison de reproduction : sa parade amoureuse (1,25 mètre d’envergure) est magnifique !

8. Le lynx boréal

Habillé d'une robe tachetée de noir sur fond fauve, crème ou gris, ce félin (de 9 à 35 kg pour une taille entre 80 et 130 cm), prédateur solitaire, aime chasser la nuit les petits ongulés (chevreuils). Son territoire de chasse est très vaste… Cependant, il est difficile de le surprendre ; il vit dans les zones forestières aux sous-bois denses.

9. Le lièvre variable

« Monsieur Blanchot » est un spécialiste du camouflage : sa livrée change avec la saison, de grise en été, elle devient blanche comme neige en hiver. Un corps ramassé, des oreilles courtes et des pattes arrières plus larges comme des raquettes ; c'est un coureur émérite, toujours aux aguets, discret et furtif !

10. Le campagnol des neiges

Petite espèce de rongeur à l’épais pelage gris, variant au brun sur le dos, le campagnol, qui vit en petites colonies, fréquente les zones pierreuses, les éboulis et alpages. Très actif, même l’hiver, on le surprend à l’entrée de galeries peu profondes où il fait son nid.

N’oublions pas ces autres résidents de nos massifs montagneux : le loup, l’hermine, l’ours (dans les Pyrénées), le mouflon, le gypaète barbu, l’aigle royal...