Retour X
Écologie | La mer du Nord : comment la protéger ?
Écologie

La mer du Nord : comment la protéger ?

Proposé par Pauline Picquette - le 9 oct. 2021

Peu profonde et petite, la mer du Nord est unique. Elle abrite une riche biodiversité (que vous avons faite découvrir la semaine dernière), elle offre de nombreux produits et services pour l’alimentation, des matières premières et de l’énergie, elle est productrice d’oxygène et agit sur la régulation du climat. Néanmoins, elle subit de plus en plus la pression des activités humaines, sans cesse plus prégnantes sur le milieu marin… Un constat alarmant qui nécessite une prise de conscience immédiate, et des actions urgentes pour rétablir la biodiversité, et pour la protéger. 

Quelques chiffres importants 

  • 140 espèces de poissons vivent dans et sur les fonds marins : sole, plie, merlan, roussette,…
  • Dans la colonne d’eau (du fond à la surface), des dizaines d’espèces occupent en permanence cet espace fragile : le plancton (algues, méduses, petits crustacées et coquillages, poissons et mammifères marins...).
  • Dans l’air et sur l’eau, plus de 60 espèces d’oiseaux marins côtiers sédentaires ou temporaires (sterne,  grèbe…) profitent de cette richesse alimentaire.

A savoir : Plus de 80% de la pollution de la mer provient de la terre. Chacun peut, de près ou de loin, au quotidien, contribuer à protéger le milieu marin…en adoptant les « bons gestes », ceux qui respectent la vie animale. C’est l’affaire de tous : il en va de notre avenir !

Les actions mises en place

  • La création de zones protégées bien délimitées, 
  • La protection de types d’habitats spécifiques (bancs de sable, lits de graviers,...),
  • La protection d’espèces animales en danger.

Ces activités sont coordonnées et respectent la vie en mer grâce à un plan d’aménagement des espaces marins, selon des conditions et des endroits spécifiques.

Comment s’investir personnellement ? On peut commencer par adopter des gestes simples, mais utiles comme ramasser les déchets trouvés sur la plage et dans la mer. Des groupes et associations existent et se font désormais de plus en plus nombreux. N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil aux sites internet et aux réseaux sociaux.

Les dangers immédiats qui nuisent à un bon écosystème marin

  • La navigation, la surpêche, l’extraction de sable et de graviers, les travaux de dragage, la construction de parcs éoliens, le tourisme,
  • La pollution par les engrais agricoles, les substances chimiques et les déchets, principalement les plastiques,
  • Le changement climatique, l’acidification, les nuisances sonores, l’introduction d’espèces non-indigènes.

Les conséquences 

  • La disparition d’espèces jadis répandues : huître plate, pocheteau gris (une raie),...
  • La diminution de certains poissons : sprats, harengs, bars, turbots,...
  • La détérioration de la qualité de l’eau et son réchauffement.

La création de zones protégées et refuges en mer

  • Les zones d’extraction de sable et de graviers situées dans des espaces sous-marins bien précis
  • Les techniques de pêche autorisées seulement dans des lieux limités, des quotas et des périodes précises
  • Des espaces réservés aux oiseaux marins où toutes les constructions humaines, activités industrielles et commerçantes sont interdites ou très réglementées.
  • Des « hotspots » de biodiversité : des bancs de vers tubicoles (cachette pour les petits animaux marins), les lits de graviers, de cailloux ou de pierres (qui servent d’écloseries et de nurseries pour les requins, raies,...), les épaves de navires (qui attirent de nombreuses espèces), les socles de turbines éoliennes (idéal pour s’y fixer et s’alimenter pour les crabes, crevettes, moules,...).