Écologie | A la découverte de l’ours brun, l'un des plus grands mammifères de la planète
Écologie

A la découverte de l’ours brun, l'un des plus grands mammifères de la planète

Pauline Picquette Publié par Pauline Picquette - le 24 janv. 2022
ours brun

Suite à nos articles sur le loup et le corbeau, intéressons aujourd’hui à l’ours ! Cet animal a toujours fasciné l’être humain depuis la nuit des temps : il a été craint et admiré pour sa force et son mauvais caractère, puis chassé pour sa chair et sa fourrure, ensuite ridiculisé par les montreurs d’ours (au 19ème), pour enfin maintenant adoré par les enfants. Passion, mythes et légendes, qui est-il vraiment ? Il revient dans l’actualité (et comme le loup), il divise partisans et détracteurs.

Faisons la connaissance de l’ours brun 

  • Sa famille : les Ursidés (Ursus arctos), mammifères de l’ordre des carnivores 
  • Aujourd’hui, 8 espèces subsistent réparties à travers les continents (l’ours blanc, l’ours noir, l’ours à collier, l’ours malais, l’ours lippu, l’ours à lunettes, le panda géant de Chine, l’ours brun dont le grizzli, l’ours kodiak et celui d’Europe).
  • Description : un grand corps trapu et massif, une grosse tête et un long museau, un pelage dense, des pattes plantigrades*, munies de solides et longues griffes non rétractiles et une queue courte.
  • Taille et poids : de 70 à 150 cm pour 260 à 360 kg
  • Espérance de vie : 20 à 30 ans
  • Vitesse (maximale) de déplacement : 56 km/h
  • Période de gestation : 7 mois ; les oursons (de 1 à 3) naissent en février, ils pèsent 350 gr environ, mesurent une trentaine de cm et naissent aveugles et sans fourrure.
  • Habitat : L’ours brun vit en Eurasie et en Amérique du Nord depuis des milliers d’années. 
  • Alimentation : Ils sont omnivores et se nourrissent principalement d’écorce d’arbres, de feuilles, de racines, de champignons, de fruits et baies sauvages, mais aussi de viande (petits rongeurs, grenouilles, oiseaux…),  voire de charognes et même ils raffolent des restes de nourriture dans les poubelles, en effet, ils ont un excellent odorat.
  • Comportement : Les ours bruns passent la majeure partie de leur vie à rechercher de la nourriture (16 h/jour) sur des territoires bien définis et très importants…Ils adorent le miel (qui renforce leur système immunitaire) et ne craignent pas les piqûres d’abeilles. Ils sont craintifs et évitent de croiser les humains. Ils dorment la moitié de l’année et pratiquent une semi-hibernation, c’est-à-dire qu’ils vivent sur leur réserve, endormis dans une tanière ou un abri. Ils sont solitaires, sauf au moment de l’accouplement.

Sa conservation et sa réintroduction en France

C’est un « piètre » chasseur, et donc il privilégie la ruse en s’attaquant à des proies affaiblies ou vulnérables, les troupeaux d’ovins en particulier. D’où la polémique et la « haine » des éleveurs face à la présence de l’ours (comme le loup) dans les Pyrénées. 

Disons-le, le débat est explosif : les animaux sauvages continuent à faire peur. La polémique enfle à chaque incident, cependant la question de l’ours est philosophique, voire dogmatique ; pour les défenseurs de l’ours, cet animal (tantôt détesté, tantôt aimé) a sa place sur la planète. 

Sa conservation permet de ralentir l’érosion de la biodiversité et l’ours incarne notre capacité à laisser la place à la nature sauvage… mais on peut aussi entendre le désespoir et la colère des éleveurs face aux attaques d’ours contre les troupeaux. La cohabitation est très difficile… 64 plantigrades vivent dans les Pyrénées (ils viennent de Slovénie).

Les expressions bien connues

  • Se sentir comme un ours en cage, 
  • Mettre à l’ours, 
  • Envoyer à l’ours, 
  • Etre un ours mal léché, 
  • Fort comme un ours, 
  • Comme un ours en cage, 
  • Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué…

Rappelons que l’ours, le loup et le corbeau sont les 3 animaux de la « détestation » depuis des siècles (le bestiaire du diable).

* qui se déplacent sur la voute plantaire, le talon touchant le sol en premier.